Anatomistes de l’Antiquité

juillet 22, 2021 0 Par Sergino De Marco
Anatomistes de l’Antiquité

Les avancées et théories médicales de la Grèce antique ont eu une influence durable sur le développement de l’anatomie humaine pendant près de deux millénaires. La compréhension systématique du corps humain par la dissection ne s’est pas imposée dans la science grecque avant le 3e siècle avant J.-C.. Les médecins et les anatomistes s’appuyaient plutôt sur les connaissances acquises lors de chirurgies mineures. La dissection était désapprouvée pour des raisons religieuses, morales et culturelles. Les premiers médecins grecs de l’Antiquité connus à effectuer des dissections systématiques de cadavres sont Hérophile (335-280 av. J.-C.) et Érasistrate (vers 304-c. 250 av. J.-C.). Ils ont créé une école de médecine à Alexandrie, bénéficiant de leurs liens avec la royauté grecque antique, car ils recevaient régulièrement les corps de prisonniers exécutés pour les découvrir scientifiquement. Peu après leur mort, les praticiens de la Grèce antique ont considéré que la pratique académique de la dissection humaine n’avait aucun mérite scientifique, privilégiant plutôt l’observation empirique et les textes cliniques du passé comme base de la connaissance anatomique.

Aristote (384-322 av. J.-C.),

Eminent spécialiste des sciences naturelles de son époque, est souvent considéré comme le premier à avoir fait de l’anatomie un domaine spécialisé de connaissance et d’étude. Bien qu’il n’existe aucune preuve qu’il ait disséqué des cadavres humains, il a plutôt procédé à un examen systématique des corps des animaux. Ses contributions ont ouvert la voie aux disciplines de l’anatomie comparative et de l’anatomie humaine telles que nous les connaissons aujourd’hui. Les techniques anatomiques innovantes d’Aristote ont permis de développer les principes de la description, de l’observation et du langage scientifiques. L’examen structurel des organes et des parties du corps qu’il a effectué reste un exemple majeur d’étude anatomique.

Galien (Grec, environ 130 à 210 après J.-C.),

Le médecin le plus célèbre de l’Empire romain, a eu un impact sur l’anatomie humaine pendant plus de 1 500 ans après sa mort. Il a créé la méthode expérimentale d’investigation médicale, développée par son étude anatomique des corps d’animaux. Il a fait plusieurs découvertes importantes, allant de la présentation de la colonne vertébrale à la fonction des artères dans le corps. Il a organisé la richesse des connaissances médicales acquises jusqu’alors (y compris l’influence d’Hippocrate) en même temps que ses propres découvertes anatomiques.

L’émergence du christianisme en Europe au Moyen Âge a conduit les autorités religieuses et politiques à interdire la pratique de la dissection cadavérique. La communauté médicale occidentale s’appuie alors sur les théories aristotéliciennes et galéniques pour guider ses pratiques cliniques. Il faudra attendre la Renaissance européenne, au début du XIVe siècle, pour que ces anciennes traditions anatomiques soient remises en question, y compris la valeur scientifique de la dissection.

Des lacunes dans les archives anatomiques

Si l’étude de l’anatomie humaine est bien connue pour son émergence dans la Grèce antique et l’Europe de la Renaissance, l’histoire de l’anatomie présente souvent des lacunes, en particulier au-delà de l’Occident. Galien et Aristote sont généralement considérés comme les pères de l’anatomie, mais leurs travaux s’inspirent largement des théories médicales et cliniques de l’Égypte ancienne. Tout aussi important, les lacunes dans la chronologie du développement de l’anatomie entre la Grèce antique et l’Europe de la Renaissance sont largement inexplorées, ce qui donne l’impression que l’anatomie en tant que discipline médicale et universitaire a stagné jusqu’à l’époque de Vesalius, de Vinci et de contemporains plus modernes.

Les historiens ont commencé à s’intéresser de plus près aux contributions importantes apportées à l’anatomie par les savants arabes, musulmans et perses. Alors que les anatomistes de la Grèce antique, comme Galien, n’avaient disséqué que des corps d’animaux, la dissection humaine était monnaie courante en Perse dès le 10e millénaire avant Jésus-Christ. L’âge d’or islamique (8e siècle après J.-C. – 14e siècle après J.-C.) a permis des avancées majeures en anatomie grâce aux travaux d’anatomistes tels qu’Al-Razi (865-925 après J.-C.), Ibn Sina (980-1037 après J.-C.) et Jorjani (1042-1137 après J.-C.), qui ont fait progresser et même corrigé la théorie galénique populaire. Les anatomistes arabes ont adapté la science grecque ancienne dans leur enseignement de l’anatomie, mais ont activement amélioré les théories et les traditions de connaissances. C’est un anatomiste perse qui a créé le premier atlas d’anatomie humaine en couleur au 14e siècle de notre ère. Des objections religieuses à la dissection humaine ont été soulevées avec l’émergence de l’Islam, mais les anatomistes ont continué à utiliser des animaux comme sources primaires.

L’influence d’autres cultures, comme la Chine et l’Inde,

Cela ne peut pas non plus être niée. La culture indienne a mis l’accent sur l’enseignement de l’anatomie après le 7e siècle avant Jésus-Christ. Les médecins étaient formés à la dissection systématique de cadavres humains, acquérant ainsi des connaissances précises et exactes sur les organes, les articulations et les ligaments, ainsi que sur les structures nerveuses. L’introduction du bouddhisme, tout en favorisant les progrès de la médecine, a finalement conduit à l’interdiction de la dissection des cadavres. Les anatomistes indiens ont entretenu une étroite collaboration avec leurs homologues arabes au cours du Moyen Âge. Les deux groupes traduisaient activement les textes d’anatomie de l’autre groupe. La dissection de cadavres humains a été réintroduite dans l’enseignement de l’anatomie en Inde au XVIe siècle, sous la domination coloniale des Portugais. Encouragés par la Renaissance européenne à cette époque, les Portugais estimaient que la dissection humaine était indispensable au progrès de la médecine.

L’homme illustré

Si l’étude de l’anatomie est fortement ancrée dans les principes de l’analyse et de l’expérimentation scientifiques systématiques, le pouvoir significatif et l’art qui se cachent derrière une illustration anatomique ne peuvent être facilement écartés. Il serait très difficile de comprendre l’anatomie et la physiologie du corps humain si l’on n’avait pas l’expérience directe de l’observation ou de la dissection. L’illustration anatomique remplit trois fonctions particulières dans ce contexte. Premièrement, l’illustration permet de clarifier l’objet anatomique dans l’esprit de chacun. Deuxièmement, l’illustration facilite la transmission des idées, que ce soit en classe, dans une conversation personnelle ou dans un article de revue universitaire. À la Renaissance, les anatomistes et les artistes ont représenté le corps humain de manière très précise et détaillée, mais ils l’ont aussi souvent stylisé dans des postures dramatisées ou l’ont placé dans un décor naturel.

Pendant la période classique (700 avant J.-C. à 600 après J.-C.),

L’illustration anatomique n’existait pas encore. Observant les principes d’enseignement de Galien, les anatomistes s’appuyaient plutôt sur des descriptions textuelles de l’anatomie humaine. Ce n’est qu’au Moyen Âge tardif que le médecin italien Guido de Vigevano (1280-1349) a été le premier à introduire l’art de l’illustration dans les sciences anatomiques, avec des dessins de structures neuro-anatomiques basés sur les récits écrits d’Hippocrate et de Galien. Vigevano a provoqué une évolution spectaculaire de l’étude de l’anatomie, en popularisant l’utilisation de l’illustration. Cependant, la dépendance occidentale à l’égard des modèles anatomiques galéniques a limité ces premières illustrations à des représentations irréalistes et souvent inexactes du corps humain. La Renaissance européenne, des siècles plus tard, sera le témoin d’avancées significatives tant dans la pensée anatomique que dans les techniques d’illustration.