L’Histoire de la chirurgie plastique

juillet 29, 2021 0 Par Sergino De Marco
L’Histoire de la chirurgie plastique

Depuis la nuit des temps, l’être humain s’est activement engagé dans la recherche de l’amélioration de soi. Il n’est donc pas surprenant que la chirurgie plastique soit l’un des traitements curatifs les plus anciens du monde. Des documents attestent de l’utilisation de moyens chirurgicaux pour corriger des blessures au visage il y a plus de 4 000 ans.

La chirurgie plastique a commencé par des greffes de peau dans l’Inde ancienne

Les médecins de l’Inde antique ont utilisé des greffes de peau pour la chirurgie reconstructive dès 800 avant J.-C. Plus tard, dans les pays européens, les progrès de la chirurgie plastique ont été lents à venir. Cependant, la médecine orientale s’est intéressée plus facilement à la chirurgie plastique, et de nombreux cas de greffes de peau et de chirurgie reconstructrice ont été enregistrés au cours de l’histoire dans cette partie du monde. Dans l’ensemble, les progrès de la chirurgie plastique, comme ceux de la médecine, ont été lents au cours des quelques milliers d’années qui ont suivi, les techniques utilisées en Inde ayant été introduites en Occident, puis affinées et adaptées à de nouvelles applications. Cependant, des progrès ont été réalisés en médecine au cours de la période gréco-romaine, et ces progrès ont été documentés dans des textes anciens qui ont été diffusés à travers la civilisation.

C’est à cette époque que l’écrivain médical romain Aulus Cornelius Celsus a écrit De Medicina, qui expose les méthodes chirurgicales permettant de reconstruire les oreilles, les lèvres et le nez. Puis, au début de la période byzantine, Oribasius a compilé une encyclopédie médicale complète intitulée Synagogue Medicae. Cet ouvrage en 70 volumes contenait de nombreux passages consacrés aux techniques de reconstruction des défauts du visage.

Le Moyen Âge et la Renaissance

Bien que la pratique de la chirurgie reconstructrice se soit poursuivie tout au long du haut Moyen Âge, la chute de Rome et la diffusion du christianisme ont mis un frein à tout développement significatif. En grande partie, la science a cédé la place au mysticisme et à la religion. En fait, à un moment donné au cours de cette période, le pape Innocent III a déclaré que la chirurgie sous toutes ses formes était expressément interdite par la loi de l’Église. Dans l’ensemble, la recherche de connaissances scientifiques a été remplacée par des préoccupations plus personnelles et spirituelles.  En outre, l’absence de normes d’hygiène et de propreté compromet la sécurité des patients. Toutefois, quelques progrès mineurs ont été réalisés, notamment la mise au point au dixième siècle d’une procédure permettant de réparer une fente labiale. À la Renaissance, les progrès scientifiques et technologiques ont été plus significatifs, ce qui a permis de développer des techniques chirurgicales plus sûres et plus efficaces. Un texte islamique du quinzième siècle intitulé Chirurgie impériale a été rédigé et comprend 191 sujets chirurgicaux. Il traite de la chirurgie maxillo-faciale et de la chirurgie des paupières. Il comprend également un protocole pour le traitement de la gynécomastie, qui serait à l’origine de la méthode moderne de réduction chirurgicale des seins.

Des progrès nés de la guerre

Au cours du XVIIe siècle, la chirurgie plastique était à nouveau sur le déclin, mais à la fin du XVIIIe siècle, le pendule était reparti dans l’autre sens. Toutefois, les prochaines avancées majeures en chirurgie plastique ne seront pas réalisées avant le 20e siècle, lorsque les victimes de la guerre ont fait de la chirurgie plastique reconstructive une nécessité pour de nombreux soldats. En fait, c’est la Première Guerre mondiale qui a donné à la chirurgie plastique une nouvelle dimension au sein de l’établissement médical. Les médecins militaires ont dû traiter de nombreux traumatismes faciaux et crâniens causés par les armes modernes, dont on n’avait pratiquement jamais vu l’équivalent auparavant. Ces blessures graves ont nécessité de nouvelles innovations courageuses dans les procédures de chirurgie reconstructive. Certains des chirurgiens les plus compétents d’Europe ont consacré leur pratique à la restauration de l’intégrité des soldats de leur pays pendant et après la guerre.

C’est en fait à cette époque que les chirurgiens ont commencé à prendre pleinement conscience de l’influence potentielle de l’apparence personnelle d’une personne sur le degré de réussite de sa vie. Grâce à cette prise de conscience, la chirurgie esthétique a commencé à prendre sa place en tant qu’aspect un peu plus respecté de la chirurgie plastique. Ce progrès s’est accompagné d’une meilleure compréhension de l’anesthésie et de la prévention des infections, permettant aux chirurgiens de réaliser une plus grande variété d’interventions de plus en plus complexes. Parmi ces interventions, on trouve les premiers cas répertoriés de chirurgie qui n’était vraiment que de nature « esthétique », comme les premières rhinoplasties et augmentations mammaires.

Histoire de la chirurgie plastique en Suisse

Bien que la plupart de ces avancées médicales soient d’origine européenne, d’autres progrès chirurgicaux ont été réalisés en Suisse, notamment la première opération de fente palatine en 1827, réalisée par le Dr à l’aide d’instruments chirurgicaux de sa propre conception. Cependant, ce n’est qu’au début du XXe siècle que la chirurgie plastique moderne a été reconnue comme une spécialité médicale à part entière. En 1907, le Dr Charles Miller a rédigé le premier texte spécifiquement consacré à la chirurgie esthétique, intitulé la Correction de l’Imperfections. Ce texte, bien qu’en avance sur son temps à certains égards, a néanmoins été critiqué et dénoncé comme du « charlatanisme » par de nombreux chirurgiens généralistes. Malheureusement, cette attitude était répandue au sein de la communauté médicale, qui avait tendance à considérer les chirurgiens esthétiques en général, y compris le Dr , comme des charlatans ou des « charlatanesques ». Voir https://www.editions-bienvivre.ch/aesthetics-clinic-geneva-2/ pour en savoir plus !