Hyaluronidase : Questions et réponses

avril 13, 2021 0 Par Sandro Caputo

Hyaluronidase

 

Incompatibilités avec hyaluronidase injectable

Le furosémide, les benzodiazépines et la phénytoïne se sont révélés incompatibles avec la hyaluronidase.

Précautions spécifiques aux médicaments
La hyaluronidase ne doit pas être utilisée pour améliorer l’absorption et la dispersion des médicaments dopaminergiques et/ou alpha agonistes.

Lorsqu’on envisage d’administrer tout autre médicament avec la hyaluronidase, il est recommandé de consulter d’abord les références appropriées afin de déterminer les précautions d’usage pour l’utilisation de cet autre médicament.

Agent anesthésique local
Lorsque la hyaluronidase est ajoutée à un agent anesthésique local, elle accélère l’apparition de l’analgésie et tend à réduire le gonflement provoqué par l’infiltration locale, mais la diffusion plus large de la solution anesthésique locale augmente son absorption ; cela raccourcit sa durée d’action et tend à augmenter les incidences de la réaction systémique.

Salicylés, cortisone, ACTH, oestrogènes, antihistaminiques
Les patients recevant de fortes doses de salicylés, de cortisone, d’ACTH, d’oestrogènes ou d’antihistaminiques peuvent avoir besoin de plus grandes quantités de hyaluronidase pour un effet dispersant équivalent, car ces médicaments rendent apparemment les tissus partiellement résistants à l’action de la hyaluronidase.

PRÉCAUTIONS
Propagation d’une infection localisée
L’hyaluronidase ne doit pas être injectée dans ou autour d’une zone infectée ou fortement enflammée en raison du danger de propagation d’une infection localisée. L’hyaluronidase ne doit pas être utilisée pour réduire l’enflure des morsures ou des piqûres.

Dommages oculaires
Hyaluronidase injectable ne doit pas être appliqué directement sur la cornée.

Inactivation de l’enzyme lors de l’administration intraveineuse
Hyaluronidase injectable ne doit pas être utilisé pour des injections intraveineuses car l’enzyme est rapidement inactivée.

Toxicologie non clinique
Carcinogenèse, mutagenèse, altération de la fertilité
Aucune étude animale à long terme n’a été réalisée pour évaluer le potentiel cancérigène ou mutagène de l’hyaluronidase. La hyaluronidase est présente dans la plupart des tissus de l’organisme.

Aucune étude à long terme n’a été réalisée chez l’animal pour évaluer si l’hyaluronidase altère la fertilité ; cependant, il a été rapporté qu’une dégénérescence testiculaire peut survenir suite à la production d’anticorps spécifiques à l’organe contre cette enzyme après des injections répétées.

Utilisation dans des populations spécifiques
Grossesse de catégorie C
Aucune étude de reproduction animale n’a été menée. Des études humaines sur l’effet de la hyaluronidase intravaginale dans la stérilité due à l’oligospermie ont indiqué que la hyaluronidase peut avoir aidé à la conception. Il semble donc que la hyaluronidase n’ait pas d’effet négatif sur la fertilité chez les femmes. Hyaluronidase injectable ne doit être administré à une femme enceinte que si cela est clairement nécessaire.

Travail et accouchement
L’administration de hyaluronidase pendant le travail n’a entraîné aucune complication : aucune augmentation des pertes sanguines ni aucune différence dans le traumatisme cervical n’ont été observées.

Mères allaitantes
On ne sait pas si l’hyaluronidase est excrétée dans le lait maternel. Comme de nombreux médicaments sont excrétés dans le lait maternel, la prudence est de mise lorsque l’hyaluronidase est administrée à une femme qui allaite.

Utilisation pédiatrique

La sécurité et l’efficacité de Hyaluronidase injectable ont été établies chez les patients pédiatriques. L’utilisation de Hyaluronidase injectable chez ces patients est appuyée par des données provenant d’études adéquates et bien contrôlées. Les besoins cliniques en hydratation des enfants peuvent être satisfaits par l’administration de liquides sous-cutanés facilitée.

La dose de liquides sous-cutanés administrée dépend de l’âge, du poids et de l’état clinique du patient, ainsi que des analyses de laboratoire. Il faut garder à l’esprit le risque d’incompatibilité chimique ou physique.

La vitesse et le volume d’administration des liquides sous-cutanés ne doivent pas dépasser ceux employés pour la perfusion intraveineuse. Chez les enfants prématurés ou pendant la période néonatale, la dose quotidienne ne doit pas dépasser 25 mL/kg de poids corporel, et la vitesse d’administration ne doit pas être supérieure à 2 mL par minute.

Lors de l’administration de liquides sous-cutanés, il faut prendre des précautions particulières chez les patients pédiatriques pour éviter une hydratation excessive en contrôlant la vitesse et le volume total de la perfusion.

Usage gériatrique
Aucune différence globale en matière de sécurité ou d’efficacité n’a été observée entre les patients âgés et les jeunes adultes.

 

Voir https://www.riccardomarsili.fr/traitement-avec-hyaluronidase pour en savoir plus !