Home Uncategorized Injection de PRP pour traiter l’arthrite
Uncategorized

Injection de PRP pour traiter l’arthrite

prp-injection-

Les effets indésirables et la sécurité sont des considérations importantes lors de l’utilisation d’une thérapie injectable telle que le PRP. Cette étude a porté sur 288 patients souffrant de douleurs au genou. Parmi eux, 269 ont terminé l’essai. Sur les 140 patients qui ont reçu les trois injections complètes, la différence moyenne dans les scores de douleur du genou était de -0,9 points, soit 0,2%. Le volume du cartilage tibial médian a également diminué, de 1,2 %. Dans l’ensemble, les résultats étaient encourageants.

Effets indésirables

Un pourcentage significatif de patients éprouvera un certain niveau d’inconfort après l’injection de PRP. Bien que ces symptômes ne soient pas nécessairement inquiétants, ils sont désagréables et peuvent amener le patient à consulter un médecin. La gêne est généralement de courte durée et n’affecte pas l’efficacité de l’injection de PRP. Toutefois, certains patients peuvent connaître une poussée qui dure quelques jours ou plus.

Comme pour toute substance étrangère, l’organisme a tendance à la rejeter. Le système immunitaire produit des anticorps pour protéger les cellules saines contre les attaques. Si les risques de réactions allergiques sont extrêmement faibles, ils peuvent néanmoins se produire. La meilleure façon d’éviter tout effet secondaire indésirable d’une injection de PRP est d’informer votre praticien des médicaments que vous prenez. Si vous prenez des médicaments, votre praticien peut vous conseiller de les arrêter avant le traitement PRP.

Adhésion au traitement

Les patients qui ont suivi un traitement PRP doivent être prudents quant à leurs antécédents médicaux et aux médicaments qu’ils prennent. Les anticoagulants peuvent interférer avec les injections, et toute infection sur le site de la blessure peut également interférer. Cependant, l’adhésion au traitement PRP est importante. Les facteurs suivants sont associés à des effets indésirables. En outre, les patients doivent éviter certains aliments et boissons pendant les 7 jours précédant la procédure. La procédure d’injection de PRP peut prendre environ 30 minutes, mais le travail de préparation est important. Le sang est prélevé dans la veine du patient, passé dans une centrifugeuse pour séparer les plaquettes et les cellules, puis versé dans une seringue spécialisée.

Les patients qui suivent un plan de rééducation individualisé peuvent reprendre une activité complète après une injection de PRP. Ils doivent éviter de prendre de l’aspirine ou des AINS pendant au moins deux semaines après l’intervention. Ils doivent également limiter les mouvements et le repos de la zone affectée. Certaines personnes bénéficient de plus d’un traitement PRP, tandis que d’autres ont besoin de quelques traitements pour se sentir pleinement à l’aise. L’efficacité des injections de PRP dépend de facteurs tels que les niveaux de facteurs de croissance plaquettaires/sériques, l’âge et d’autres facteurs.

Sécurité

L’injection de plasma riche en plaquettes (PRP) est utilisée depuis plus de dix ans comme traitement des blessures musculo-squelettiques aiguës et chroniques. Les plaquettes sont des cellules du sang qui arrêtent les saignements et contiennent des produits chimiques spécialisés appelés facteurs de croissance. On pense que ces cellules ont des effets bénéfiques sur un certain nombre de systèmes corporels, dont les articulations. En plus de coaguler le sang, les plaquettes peuvent réduire les symptômes de l’arthrite.

La procédure est sûre et provoque rarement des effets secondaires graves. Toutefois, quelques précautions doivent être prises, comme s’hydrater et prendre de la glace avant l’injection. Les sites d’injection peuvent être douloureux pendant 48 heures après l’intervention. En général, les patients doivent subir une à trois injections de PRP, à environ quatre à six semaines d’intervalle, bien qu’une quatrième injection soit rare. Bien que les injections de PRP soient considérées comme très sûres, elles comportent un faible risque d’infection ou de caillots sanguins. Les patients doivent discuter de ces risques avec leur prestataire de soins et comprendre les effets secondaires potentiels avant de se soumettre à cette procédure.

Efficacité

L’efficacité de l’injection de PRP dans le traitement de la douleur chronique fait l’objet de débats, mais les résultats de diverses études sont largement cohérents. Des chercheurs ont comparé l’efficacité du PRP à celle d’injections d’acide hyaluronique, de corticostéroïdes et de solution saline. Les résultats étaient cohérents, mais pas identiques. Cette divergence peut être liée à des outils de mesure ou des conceptions de recherche différents. En outre, certains essais ont été influencés par l’utilisation d’un traitement de référence.

Le nombre total de patients inclus dans l’étude était de 459, avec des tailles d’échantillon allant de trois à 94. Les participants à l’étude étaient originaires d’Italie, de Pologne, du Venezuela et d’Iran. L’âge moyen des patients était compris entre 14 et 60 ans, et la période de suivi allait de six à 72 mois. Cette étude confirme l’efficacité de l’injection de PRP pour les douleurs chroniques. Un faible pourcentage de patients ne répond pas au traitement, mais il représente tout de même une part importante des patients.

Voir https://www.entourage.ch/fr/technologies/prp-plasma-riche-en-plaquettes/ pour en savoir plus !

Author

Sandro Caputo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code