Injections botox Paris 16ième

mars 14, 2020 0 Par Sandro Caputo

 

injection-botox-paris-16ieme

 

Le botulisme est un poison produit par une bactérie. Le Botox est un médicament produit par la même bactérie. Le Botox n’est pas un poison actif, c’est une protéine qui affaiblit et inactive les muscles. C’est un autre exemple d’utilisation de produits naturels en médecine : les champignons produisent de la pénicilline, le virus de la variole protège contre la variole, la digitale produit le poison numérique que des millions de patients prennent quotidiennement pour traiter les maladies cardiaques. Aujourd’hui, grâce à la bio-ingénierie, il est courant que les bactéries produisent le médicament nécessaire pour guérir une maladie spécifique.

Première utilisation clinique du Botox

En 1973, le Botox a été utilisé comme traitement pour les patients souffrant d’un oeil croisé. En affaiblissant le muscle oculaire qui se contracte plus que nécessaire, ce médicament a fourni une alternative à la chirurgie. Après cette découverte, le Botox a rapidement été accepté comme option pour le traitement d’autres troubles ophtalmiques, notamment le nystagmus et la blépharoplastie (mouvement involontaire des paupières) pour n’en citer que quelques-uns. Des recherches intensives ont rapidement confirmé une forte probabilité de succès et une possibilité minimale d’effets secondaires en utilisant une quantité infime de ce nouveau médicament.

Sécurité

Bien que le Botox soit un médicament puissant à haute concentration, il est utilisé en très petites quantités avec des marges de sécurité élevées. Après l’injection du muscle, ses premiers effets ne sont pas perceptibles dans les 24 premières heures et l’effet sur le muscle ne sera pas complet avant moins de deux semaines. On utilise généralement 50 unités de Botox ou moins par séance. Pour avoir un effet toxique sur un patient, il faudrait lui injecter plus de 2000 unités en une fois (coûtant un prix avoisinant les 5000 euros). Les effets du Botox n’affectent que le muscle et n’affectent en aucune façon le système nerveux central ou toute autre partie du corps s’il est accidentellement injecté dans un nerf ou un vaisseau sanguin. Le Botox est également sûr car une récupération complète du muscle est possible. La récupération est sûre car le corps humain forme de nouvelles fibres qui permettent l’activation des muscles.

Autres spécialités qui utilisent le Botox pour le traitement de leurs patients
Les gastro-entérologues et les neurologues étudient également la thérapie par le Botox chez leurs patients. Elle est devenue le pilier de la thérapie non chirurgicale pour le traitement des spasmes des muscles du cou, des muscles laryngés, de certains tremblements et crampes, des tics, de la sclérose en plaques, de la paralysie cérébrale, des affections post-infarctus, des lésions de la moelle épinière, de la paralysie nerveuse, de la maladie de Parkinson et des spasmes faciaux.Le Botox est également utilisé dans les cas de problèmes de déglutition et d’ulcères associés à l’IG, ainsi que dans le traitement des problèmes d’élocution, y compris les bégaiements. En outre, le Botox a été étudié dans le traitement des troubles génito-urinaires, de la vessie spastique et d’autres troubles. Les problèmes musculaires congénitaux ou les lésions nerveuses ont été grandement améliorés grâce au Botox.

Histoire de l’utilisation du Botox à des fins cosmétiques

Les injections de Botox à des fins cosmétiques ont commencé en 1988 par une ophtalmologue et son mari un dermatologue. Depuis lors, cette équipe de médecins a effectué plus de 10 000 séances sur leurs patients. L’ophtalmologue a remarqué que les rides de ses patients souffrant de spasmes des paupières qui avaient été traités au Botox avaient disparu. Cela a conduit à d’autres recherches, qui ont confirmé l’efficacité et la sécurité du Botox dans l’amélioration des rides causées par l’utilisation constante des muscles du visage.

En 1996, lors de la réunion annuelle de l’Académie américaine de dermatologie à Washington, une présentation du Dr Nicholas Lowe, dermatologue, a montré que le Botox était utile pour améliorer les rides d’expression du visage. Une amélioration significative a été constatée dans le traitement des lésions mammaires et des pattes d’oie. Aucun effet secondaire significatif n’a été noté en dehors de la gêne déjà connue causée par l’injection. Sur 30 patients, un seul a présenté une légère inflammation de la paupière supérieure, qui a disparu immédiatement. La durée du traitement pour le front et les sourcils était d’environ 18 semaines. Le degré d’amélioration de la patte d’oie était généralement inférieur à celui de l’Ifneas du front. Le Botox n’est pas efficace à 100% chez tous les patients.

Lignes labiales naso

Cette zone n’est pas idéale pour la correction par la méthode Botox ; elle représente également un défi pour la chirurgie esthétique du visage. Ce domaine est le plus dynamique lorsque nous parlons, sourions, mangeons. Avec le temps, les muscles et la graisse se perdent dans cette zone. Le remplacement des graisses est désormais possible, mais la véritable percée dans ce domaine a été la mise au point d’un agent de remplissage très sûr et dont le profil est satisfaisant.
Les lèvres peuvent également être complétées par ces techniques. En résumé, en ce qui concerne les lèvres et le pourtour de la bouche, le Botox n’aide pas à traiter cette zone et il n’est pas recommandé de l’utiliser.

Foire aux questions

 

À quoi dois-je m’attendre après une thérapie au Botox ?

Le Botox est un agent thérapeutique remarquablement sûr pour le traitement des rides. Les complications ont été mineures et seulement temporaires. Des ecchymoses peuvent se produire à l’endroit où l’injection est administrée et une légère douleur, probablement un mal de tête, peut survenir après l’intervention. Les ecchymoses peuvent être plus visibles chez les patients qui prennent de l’aspirine ou d’autres médicaments pour fluidifier le sang. Si possible, ces produits doivent être arrêtés avant l’injection. La glace permet d’éviter les contusions. L’affaiblissement du muscle est constaté dans les 24 heures ; il n’est pas immédiat.

Quelle est la durée de vie du Botox ?

Après le premier groupe d’injections, une réinjection peut être effectuée au bout de deux semaines, ce qui permet de localiser toute résistance musculaire. Avec cette méthode, 90 % ou plus des patients répondent au Botox. Il reste donc 10 % de personnes qui ne répondent pas au traitement. Le succès de la thérapie est affirmé par l’affaiblissement du muscle qui commence dans les 24 à 48 heures suivant l’injection et l’affaiblissement maximal du muscle est déterminé en sept phases. La paralysie du muscle après la première injection dure entre quatre et sept mois chez la plupart des patients.

À quelle fréquence faut-il procéder à un rejet ?

Une réinjection est suggérée tous les trois ou quatre mois pour maintenir les muscles paralysés et permettre aux rides de s’estomper. Une fois que la zone est complètement aplanie, le patient est invité à ne reprendre la thérapie que lorsqu’il constate le retour du mouvement musculaire. Cela peut ne pas se produire pendant au moins quatre mois à un an ou parfois plus longtemps.

Qui ne devrait pas utiliser le Botox ?

– Bien qu’aucune anomalie congénitale n’ait été signalée suite à l’utilisation de ce médicament, les patientes enceintes ne seront pas traitées. Une autre politique consiste à ne pas injecter de Botox aux patientes qui allaitent.
– Les patients ayant des antécédents de maladie neuromusculaire (sclérose en plaques et myasthénie grave) ou d’autres maladies liées à la neurotransmission doivent éviter d’utiliser ce médicament.

Quelles sont les autres alternatives au Botox ?

D’autres alternatives sont les agents de remplissage, notamment la graisse, le collagène, les fibrilles et le gortex, les procédures de remplissage au laser et la chirurgie plastique du front, des tempes, du cou et d’autres régions du visage. Myobloc est l’alternative la plus récente.

Quels avantages inattendus le Botox peut-il apporter ?

Chez certains patients, les maux de tête ont disparu. Ces maux de tête surviennent chez les patients qui, en période de stress, resserrent les muscles de leur front. Une fois que ces muscles se détendent, les maux de tête disparaissent.

Comment exactement le Botox rend-il le muscle inactif ?

Le Botox inhibe la sécrétion d’acétylcholine à l’endroit où le nerf rencontre le muscle, de sorte que le muscle ne reçoit jamais le message de se contracter. Rappelez-vous que les muscles n’ont que la capacité de se contracter : un muscle opposé se contracte pour produire un mouvement dans la direction du nerf.
Pour réunir le nerf et le muscle, le corps organise et produit de nouvelles terminaisons nerveuses, qui rétablissent la connexion.

L’organisme produit-il des anticorps contre la protéine Botox ?

Surtout si la toxine est injectée suffisamment et fréquemment. La quantité cruciale est d’environ 100 unités (moins que la dose utilisée dans les traitements cosmétiques et des injections supplémentaires ont été données dans le mois qui a suivi l’injection initiale). Les antibiotiques ont été un problème majeur pour les maladies neurologiques qui nécessitent l’utilisation de grandes quantités de Botox. Lorsque des quantités importantes d’anticorps sont formées, les effets thérapeutiques du Botox sont fortement réduits.

Des cas de réaction allergique au Botox ont-ils été signalés ?

Aucun cas de réaction allergique n’a été signalé dans le cadre de quelque 20 000 traitements. Les personnes qui savent qu’elles sont allergiques à la toxine botulique ou à l’albumine doivent éviter d’utiliser le Botox.

Que se passe-t-il si une patiente tombe enceinte peu avant ou après le traitement ?

Un certain nombre de patients atteints de troubles neurologiques et ophtalmiques ont donné naissance à des bébés normaux après avoir reçu leurs injections. Pour des raisons de sécurité, les femmes enceintes ou allaitantes ne seront pas traitées.

Les injections sont-elles douloureuses ?

Les plus petites aiguilles sont utilisées et le médicament lui-même ne fait pas aussi mal que l’anesthésie locale habituellement utilisée. La plupart des patients ressentent moins d’inconfort qu’avec le collagène. La douleur peut être minimisée en utilisant de la glace pour refroidir la peau quelques instants avant l’injection. Certains patients ont constaté que deux comprimés de Tylenol avant l’injection réduisent la gêne.

Que peut-on faire si la paupière tombe après l’injection ?

Il existe deux préparations ophtalmiques qui sont très utiles : La première est constituée de gouttes de phényléphrine à 10% et la seconde de lopidine. Le brunissement transitoire d’une ou des deux paupières est la complication la plus importante et survient dans 1 à 2 % de toutes les injections. Ce phénomène est dû à la diffusion de la toxine au point d’injection et peut être minimisé en utilisant la dose d’aspirine, car l’endroit exact doit également être maintenu en position verticale pendant trois à quatre heures après l’injection. Si un blanchiment des paupières se produit, ce qui est très peu probable, il se résorbera dans les deux semaines.
En tant que patient, après avoir reçu mes injections, comment puis-je aider le Botox à être plus efficace et à éviter les effets secondaires ?
Premièrement, ne pas masser la zone qui a été injectée. Deuxièmement, ne vous allongez pas pour faire une sieste ; restez en position verticale. Troisièmement, utiliser le muscle injecté intentionnellement, en provoquant la contraction du muscle qui aide à localiser la protéine ablative.

Lorsqu’un muscle est injecté, cela n’affecte-t-il pas d’autres muscles ?

Non. Le Botox se propage par les fibres musculaires et ne se répand pas dans des zones éloignées par la circulation sanguine.
Le Botox peut-il être utilisé pour affaiblir partiellement le muscle, mais pas pour le paralyser totalement ?
Oui, en fait, cela est fait pour que le visage ne soit pas laissé sans expression. Il peut également être utilisé pour équilibrer le muscle faible du côté opposé. L’injection de médicaments dans les couches sous-cutanées, et non dans le muscle, et l’utilisation de petites doses est plus sûre pour l’affaiblissement musculaire.
Quelle est la méthode la plus recommandée pour éliminer les rides profondes du sein ?
Dans une étude, la paralysie musculaire après la première injection a duré de 4 à 7 mois. Une réinjection est recommandée tous les 3-4 mois au lieu d’attendre que le muscle se rétablisse. Cela permet de garder le muscle
Paralysé. Il faut environ 12 mois pour que la peau soit complètement lisse. Il faut généralement 4 à 12 mois avant que le muscle ne reprenne du mouvement et que d’autres traitements soient nécessaires.
Que signifie le fait que certains patients peuvent ne plus avoir besoin de

En savoir plus aussi sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Toxine_botulique

traitement après quelques séances d’injections ?

Ce qui se passe, c’est que le patient perd la mauvaise habitude de froncer les seins et ne l’apprendra probablement plus à l’avenir
Le Botox ou toxine botulique a été utilisé pour la première fois en ophtalmologie pour le traitement du strabisme. Dans ce type d’altération, certains muscles latéraux de l’œil se contractent plus que ceux du côté opposé, ce qui provoque une déviation du regard. Lorsque les docteurs Carruthers de Vancouver ont traité ce problème en injectant du botox dans le muscle oculaire, ils ont constaté que les rides périphériques de l’œil disparaissaient. Ils se sont vite rendu compte qu’une partie du botox atteignait la peau.

Dans la peau, il y a des fibres musculaires très superficielles qui provoquent une contraction involontaire de la peau. Cela est particulièrement vrai pour les rides de la patte d’oie, du front, du sourcil et d’autres régions du visage. Lorsqu’une partie du botox atteint la peau, les rides sont réduites et partiellement effacées.
Le Botox a rapidement été utilisé pour les rides périorales, périoculaires et frontales, et son utilisation était supérieure à d’autres procédures telles que les comblements de rides avec du collagène ou d’autres substances.

Le Botox, dont l’usage cosmétique a été autorisé il y a quelques années dans certains pays, est injecté très superficiellement dans la peau, avec une aiguille si fine qu’elle ne provoque pratiquement aucune douleur. A partir de l’injection, il faut environ 5 jous pour voir son effet. Une fois établie, elle dure 20 semaines. Les personnes qui injectent du botox dans la peau du visage doivent effectuer cette procédure deux fois par an. Le Botox réduit les rides, il ne les fait pas disparaître, car il n’empêche pas la contraction des muscles mais l’affaiblit.

Si vous êtes aussi à Paris , n’hésitez pas à visiter quelques site web pour prendre rendez vous avec un spécialiste en chirurgie esthétique afin d’en savoir plus .

Il n’y a pratiquement pas d’effets indésirables, et s’ils se produisent, ils durent quelques jours sans poser de problèmes. Il existe peu de procédures en dermatologie aussi sûres que le Botox.
L’année dernière, plus de deux fois plus de procédures au botox ont été effectuées aux États-Unis que l’épilation au laser, ce qui en fait l’un des traitements les plus populaires auprès du grand public. La célébration des botox parties s’est généralisée, une sorte d’événement social où certains médecins, au milieu d’un cocktail, injectaient aux participants le supposé miracle. Des excès peuvent toujours être commis, et dans le cas du botox, il sera toujours nécessaire qu’il soit effectué dans des conditions sanitaires adéquates.

Le Botox, agit en paralysant temporairement les muscles. En paralysant les muscles, nous ne pouvons pas déplacer la peau sur eux. Si nous ne déplaçons pas la peau, les rides d’expression ne se forment pas. L’effet est temporaire car le nerf du muscle n’est pas complètement éliminé et il repousse. C’est pourquoi des traitements sont fréquemment nécessaires. La fréquence des traitements varie d’une personne à l’autre et est d’environ 4 à 6 mois.

Il existe plusieurs types de Botox, mais ils sont tous fabriqués avec la bactérie clostridia botulinum. La bactérie de type A est actuellement utilisée pour produire le médicament Botox.

Procédure

Les traitements au Botox sont courts et presque indolores et ne nécessitent pas de convalescence. Avant le traitement, le médecin utilise de la glace sur la zone à traiter, généralement le muscle entre les sourcils et la partie que nous connaissons sous le nom de patte d’oie et le front. La glace fait s’endormir le muscle et les infections ne sont pas douloureuses. Ensuite, le médecin injecte du Botox. En général, c’est juste un seul coup.
Après le traitement, la zone traitée est un peu douloureuse et présente parfois de légères contusions. Après deux ou trois jours, la zone traitée est souple et son aspect s’améliore considérablement.

Contre-indications

Le Botox est une substance sûre avec très peu de contre-indications. Les personnes qui souffrent d’allergies aux bactéries utilisées Il n’est pas non plus utilisé chez les femmes enceintes car il n’existe pas d’études montrant que le traitement est sûr.
Lorsque le Botox est utilisé en grande quantité, comme dans le cas du cou, l’organisme peut créer des défenses naturelles contre la bactérie. Dans ce cas, elle n’a aucun effet. Cela a amené certains médecins à penser (mais il n’y a pas d’études) qu’avec le temps, le Botox deviendra inefficace.
Si elle n’est pas administrée avec précaution et qu’une infime quantité du médicament atteint d’autres muscles, il peut y avoir des résultats indésirables, par exemple un sourcil plus haut que l’autre. Comme les résultats sont provisoires dans quelques semaines, la situation sera résolue.
Ce n’est ni plus ni moins que la fameuse toxine botulphonique, ce vieux fantôme dont nous nous souvenons chaque fois que nous allons acheter une conserve.

Comme c’est souvent le cas, les scientifiques ont fini par trouver son bon côté, et l’ont utilisé pour la première fois en 1973 pour traiter les spasmes musculaires permanents (tics, strabisme, tortfcolis).
Mais son utilisation en médecine esthétique a été découverte par hasard : un groupe de médecins de l’Université de Vancouver (Canada), qui a traité un patient souffrant de troubles neurologiques, a observé que lorsqu’ils infiltraient la toxine dans le muscle, en plus de combattre la pathologie, les rides disparaissaient instantanément.
Depuis lors, le Botox a révolutionné la chirurgie faciale en étant l’une des techniques les plus efficaces et les plus sûres pour effacer les rides sans avoir recours au bistouri.
Ce traitement permet de maintenir les muscles du visage détendus, et de cette façon les rides produites par les gestes sont aplanies.
La quantité de toxine utilisée pour ce traitement est minime : seulement 100 unités. En revanche, les unités qui causent la maladie sont au nombre de 4 000. Par conséquent, les patients ne sont pas en danger.

A quoi ça sert ?

Le Botox diminue l’activité du muscle et affaiblit sa force.
Les meilleurs résultats sont observés dans les rides d’expression : rides du front, pattes d’oie et rides frontales horizontales. En appliquant la substance, les muscles ne se contractent pas aussi fortement.
Comment se déroule le traitement ?
Le traitement peut être effectué par des chirurgiens plastiques ou des dermatologues.
La procédure est simple : à l’aide d’une aiguille fine, deux ou trois micro-injections sont appliquées à l’intérieur du muscle ou du groupe de muscles à traiter.
Elle est rapide et indolore. Selon la région, on injecte exactement la quantité de Botox nécessaire. Dans les deux premières heures suivant le traitement, les résultats commencent à être visibles, l’effet total étant atteint au bout de 7 jours.
Le résultat final n’est pas permanent, il dure environ 6 mois. La deuxième fois que le traitement est effectué, l’effet est plus prolongé.
De cette façon, les rides existantes sont aplanies et la formation de nouvelles rides est empêchée.

• Il ne convient pas à toutes les rides
• Il n’est pas indiqué pour les rides produites par le vieillissement ou le photo-vieillissement (dommages causés par le soleil).
• Il n’est pas non plus recommandé pour les rides verticales de la lèvre supérieure.
• Informations utiles
• Aucune anesthésie n’est nécessaire.
• Les rides commencent à disparaître dans les 24 à 36 heures suivant l’application.
• L’effet dure environ 6 mois (première demande) et jusqu’à 8 mois (demandes successives).
• Il est recommandé de ne pas toucher la zone après la demande (au moins pendant 4 heures).
• Il est commode de faire des gestes pour déplacer les muscles du visage qui ont été traités afin qu’il ait plus d’effet.

Si les rides sont très marquées, après le Botox, vous pouvez injecter du collagène ou faire un peeling pour adoucir davantage la zone.
Il est ensuite appliqué et le patient peut reprendre ses activités quotidiennes. Il ne produit aucune réaction allergique.
Différences avec le collagène et la chirurgie
Le Botox combat les rides de façon naturelle car il détend le muscle qui les produit. Au contraire, le collagène les remplit (il n’agit pas sur les muscles).
Dans les cas où les rides sont très marquées, ces traitements peuvent être effectués de manière complémentaire : on injecte d’abord du Botox, puis on utilise du collagène.

La chirurgie élimine définitivement les rides, mais parfois l’expression du visage peut être modifiée et elle n’a pas l’air si naturel.

Avantages

– Les résultats sont délicats et naturels.
– Tout traitement complémentaire après le Botox dure beaucoup plus longtemps.
– Il peut être réalisé à tout moment de l’année.
– Elle n’est pas dangereuse : elle détend partiellement le muscle.
– Elle ne modifie pas la physionomie ou la gestuelle du visage.
– Il est appliqué et la patiente peut reprendre ses activités quotidiennes.
– Il ne produit pas de réactions allergiques.
Risques
– Une paralysie transitoire peut se produire.
– Chez certaines personnes, elle peut produire des réactions de façon transitoire, de 2 à 3 semaines : engourdissement du front ou des paupières.

Botox non seulement pour les rides

La protéine purifiée, connue sous le nom de botox, aide non seulement à éliminer les rides des zones les plus importantes du visage, mais est également utilisée par les neurologues pour le traitement de la dystonie, comme le blépharospasme. Son mécanisme d’action consiste à inhiber l’influx nerveux dans le muscle, lui permettant de se détendre et de diminuer les mouvements involontaires, sans affecter d’autres zones ou fonctions du corps.

Son application est ambulatoire, sans qu’il soit nécessaire de recourir à la chirurgie. Après avoir déterminé quels muscles sont suractifs et dans quelle mesure, les injections sont appliquées sur les zones touchées. Au quatrième et cinquième, le patient constate une diminution significative des mouvements involontaires et au dixième, la douleur causée par la dystrophie commence à disparaître, explique un docteur.

La FDA a approuvé l’utilisation thérapeutique du Botox dans la dystonie en 2002. Cependant, depuis 1983, le produit est utilisé comme une alternative efficace et efficiente pour le traitement du blépharospasme car son action est de diminuer la transmission des impulsions électriques des terminaisons nerveuses aux muscles, atténuant ainsi les conséquences de cette maladie.

La dystonie est un trouble du mouvement dans lequel des contractions soutenues provoquent des mouvements répétitifs, des postures anormales et des torsions, ce qui peut entraîner des milliers de patients souffrant d’invalidité, de postures anormales et même de cécité fonctionnelle.
Il est important que les personnes qui ont des mouvements répétitifs involontaires et qui, de ce fait, peuvent souffrir d’une sorte de handicap pour accomplir leur routine quotidienne, aillent voir un spécialiste pour écarter la possibilité que ce soit un problème dû à la dystrophie.

Qu’est-ce que la toxine botulique ?

Il s’agit d’une substance active dérivée de Clostridium Botulinum et produite aux États-Unis dans des conditions scientifiques très contrôlées. Dans son lieu d’origine, plus de 1 600 000 traitements sont effectués en moyenne chaque année. Les toxines sont inoffensives pour l’homme, puisqu’en fait la pénicilline et certains antibiotiques reconnaissent la même origine.

Votre profil de sécurité est excellent, car elle accrédite l’expérience dans différentes spécialités médicales dans plus de 60 pays du monde.
Son nom commercial le plus répandu est Botox, un produit développé par Alergan aux États-Unis, mais il n’est pas le seul producteur au monde, le Dysport est un autre produit très connu et il en existe d’autres moins répandus.

Quels résultats puis-je attendre ?

L’élimination des rides d’expression, qui sont sensiblement atténuées ou disparaissent selon la profondeur et la réaction du pli facial. Les résultats varient selon les patients mais commencent à être visibles après 72 heures et l’effet maximal est établi dans les 15 jours suivant l’application.

Quel est votre soutien scientifique ?

La toxine botulique de type A est approuvée par la F.D.A. et par l’ANMAT.
Les ventes mondiales de Botox, la substance utilisée en chirurgie esthétique pour immobiliser les rides, ont généré une somme non négligeable de 176,9 millions de dollars au cours des trois derniers mois, qui sont allés dans les caisses du laboratoire américain Allergan, spécialisé dans les produits ophtalmiques et créateur de la nouvelle pépite d’or. Les ventes de Botox représentent 34 % des revenus totaux du laboratoire et augmentent à un rythme de plus de 20 % tous les deux mois, selon un rapport publié par le journal français Le Monde.

Le Botox est une substance naturelle dérivée de la toxine sécrétée par le virus qui cause le botulisme. Il a été développé dans les années 1980, lorsqu’il a été commercialisé pour la première fois à des fins thérapeutiques, dans le cadre du traitement des réflexes musculaires involontaires chez les patients atteints de paralysie à divers degrés. C’est à la fin de l’année 2000 qu’il a commencé à être commercialisé à des fins cosmétiques. Sur les 25 millions de dollars de ventes annuelles de botox au cours de sa première année de commercialisation, il a décollé à 309 millions de dollars en 2001, 439,7 millions de dollars en 2002 et 563,9 millions de dollars en 2003.

La toxine botulique est un agent thérapeutique de relaxation musculaire qui agit sur les terminaisons neuromotrices (nerfs qui transportent la tige vers les muscles). Il appartient à une classe de médicaments appelés neurotoxines.
Le nom commercial le plus connu est Botox, dérivé de la bactérie Clostridium Botulinum, également connue sous le nom de toxine botulique de type A.
Il est indiqué pour le traitement du blépharospasme associé au Distonfa chez les patients âgés de plus de 12 ans.
Le type A est le plus étudié des 7 différents sérotypes de la toxine botulique (A, B, C1, D, E, F, G). Chaque sérotype a des propriétés et des actions différentes.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Normalement, notre cerveau envoie des signaux électriques à nos muscles pour les faire se contracter et bouger. Celle-ci est transmise au muscle par une substance appelée acétylcholine. La toxine agit en bloquant la libération de l’acétylcholine et, par conséquent, le muscle ne reçoit pas le stimulus nécessaire pour se contracter. Cela signifie que les spasmes musculaires sont paralysés ou fortement réduits après l’utilisation, ce qui apporte un soulagement prévisible et fiable des symptômes.
Le Botox est injecté dans le muscle. Votre médecin déterminera quels muscles doivent être traités. Une aiguille très fine est utilisée pour les injections données dans chaque muscle.

Normalement, vous en ressentirez les effets dans les trois jours. Vos prestations atteignent leur maximum dans les deux semaines qui suivent votre demande. Grâce à son mécanisme d’action unique, le Botox procure un soulagement durable, dose après dose, au cours d’un traitement de longue durée. Le soulagement que vous ressentiez à la suite d’un seul traitement au Botox durera normalement environ trois mois. Vous constaterez une atténuation progressive de ses effets. À ce stade, vous devez retourner chez votre chirurgien pour le prochain traitement.
Normalement, le traitement avec cet agent thérapeutique n’est nécessaire que trois ou quatre fois par an, et peut être répété indéfiniment. Le Botox est utilisé depuis dix ans dans le monde entier. Un haut degré de sécurité a été établi pour les traitements prolongés.

L’Académie américaine d’ophtalmologie et l’American Academy of Ophthalmology reconnaissent le Botox (toxine botulique de type A) comme un traitement précieux.
Solution injectable (Toxine botulique de type A)
FORME ET FORMULATION PHARMACEUTIQUES :
Chaque flacon contient : Toxine botulphonique de type A100 U Excipient.
INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES : Agent présynaptique inhibant la libération d’acétylcholine. Utile dans les cas d’hyperactivité musculaire, par exemple dans :
Ophtalmologie : blépharospasme essentiel bénin ou associé à la dystonie, au strabisme et à la dystonie focale.
Neurologie : paralysie cérébrale, tremblements, dystonie, myoclonphose, dystrophie hémifaciale et migraine.
Urologie : Hyperactivité du muscle détrusor de la vessie (dyssynergie entre le sphincter et le muscle détrusor de la vessie).
Otorhinolaryngologie : myoclonie palatine, dysphonie.
Dermatologie : Hyperhidrose faciale, axillaire, palmaire et plantaire Lignes faciales hyperkinétiques (frontales, orbiculaires, nasolabiales, etc.).
Traumatologie/Orthopédie : tortcolis spasmodique, états spastiques, douleurs dorsales, cervicales et vertébrales associées à des contractures pathologiques.
Dentisterie : bruxisme temporo-maxillaire.
Proctologie : Fissure anale.
Gastro-entérologie : Achalasie.

PHARMACOCINÉTIQUE ET PHARMACODINAMIQUE : L’application intramusculaire locale d’une dilution sélectionnée de toxine botulphonique de type A à des fins thérapeutiques est suivie d’une diffusion rapide à travers l’espace interstitiel déposé spécifiquement dans les terminaisons des nerfs moteurs des muscles squelettiques (plaque neuromusculaire), est introduit dans les terminaisons nerveuses et fixé dans le membrane des vésicules qui contiennent le neurotransmetteur chimique (acétylcholine) et empêchent sa libération, produisant une paralysie flasque des fibres musculaires touchées.

On ne sait pas pourquoi la toxine botulique de type A reste assez longtemps sur les sites d’action.
On suppose que la biodisponibilité du médicament est absolue avec une cinétique de premier ordre. Il a été étudié que la toxine botulique, lorsqu’elle est administrée localement, peut se diffuser dans une zone de 4 à 5 cm autour du site d’application.
L’effet de la paralysie musculaire est démontré sous sa forme optimale 3 à 5 jours après l’administration avec une durée moyenne d’efficacité de 4 à 6 mois, période pendant laquelle une nouvelle application peut être recommandée.

La présence d’anticorps résultant de l’application de la toxine botulphonique (A à B) peut être considérée comme une preuve de la présence systémique de la toxine botulphonique, en plus de l’effet relaxant de l’alfnica sur le muscle strié démontrée par des techniques telles que Elisa ou RIA qui détectent la présence d’anticorps sériques, un événement qui se produit plus fréquemment lorsque les intervalles entre les applications sont plus courts et à des doses plus élevées que celles recommandées.
Ces anticorps n’affectent pas l’efficacité thérapeutique de la toxine lorsqu’un traitement approprié est suivi. Le taux métabolique de la toxine n’est pas bien documenté, cependant, une protéase (protéases) peut être présente dans la génération de la dégradation des chaînes polypeptiques présentes dans la molécule.

Le BOTOX bloque la conduction neuromusculaire en se liant à des sites récepteurs sur les terminaisons nerveuses motrices, en pénétrant dans les terminaisons nerveuses et en inhibant la libération d’acétylcholine.
Lorsqu’il est injecté par voie intramusculaire à des doses thérapeutiques, le BOTOX produit une paralysie musculaire par dénervation chimique localisée. Lorsque le muscle est dénervé chimiquement, il s’atrophie et peut développer des récepteurs d’acétylcholine extrafonctionnels.
Il est prouvé que le nerf peut se développer et rendre réversible la paralysie chimique induite par le BOTOX.

CONTRE-INDICATIONS : Hypersensibilité aux composants de la formule, présence d’une infection ou d’une inflammation au site d’injection choisi.

RESTRICTIONS D’UTILISATION PENDANT LA GROSSESSE ET L’ALLAITEMENT : Non

Des études sur la reproduction animale ont été réalisées avec le BOTOX.
Il n’y a pas suffisamment d’études qui déterminent l’innocuité du BOTOX pendant la grossesse ou s’il affecte la capacité de reproduction. Par conséquent, il ne doit être utilisé chez les femmes enceintes que lorsque cela est jugé strictement nécessaire.
On ne sait pas s’il est excrété dans le lait maternel, c’est pourquoi il faut faire preuve de prudence lors de l’administration de BOTOX chez les femmes qui allaitent.

RÉACTIONS SECONDAIRES ET ANTI-ADVERSES : Présentes dans certains cas :

Strabisme : la paralysie induite d’un ou de plusieurs muscles extra-oculaires peut entraîner une désorientation spatiale, une vision double ou des troubles de l’équilibre. Le fait de couvrir l’œil affecté peut atténuer ces symptômes.

Les muscles extra-oculaires adjacents au point d’injection sont souvent touchés, ce qui provoque une ptose ou une déviation verticale, surtout avec des doses plus élevées de BOTOX.
Blépharospasme : En général, les effets secondaires et indésirables signalés lors d’un traitement par BOTOX dans le cas d’un blépharospasme sont légers et transitoires, notamment : ptose (11 %), irritation/abreuvement (10 %), ectropion, kératite, diplopfa et entropion (incidence inférieure à 1 %).
Torticolis (dystonie cervicale) : les effets indésirables les plus fréquents ont été la dysphagie (15 %), la douleur au point d’injection (12,8 %), la faiblesse locale (12,8 %), la faiblesse générale (4,6 %).
D’autres effets indésirables moins importants et également transitoires sont les nausées, la somnolence, les maux de tête, les vertiges et la raideur. Une éruption cutanée peut apparaître au point d’injection. Si la dose recommandée (par muscle) est dépassée, une paralysie induite peut se produire, qui disparaîtra en moyenne en 2 à 3 mois selon la dose administrée et sans qu’un traitement spécifique soit nécessaire.

INTERACTIONS MEDICALES ET AUTRES :

Son effet peut être renforcée par l’utilisation simultanée d’antibiotiques aminoglycosides et d’autres médicaments qui interfèrent avec la transmission neuromusculaire.

LES ALTÉRATIONS DES RÉSULTATS DES TESTS DE LABORATOIRE :
Aucune altération des tests de laboratoire n’a été signalée.

PRÉCAUTIONS CONCERNANT LES EFFETS DE LA CARCINOGÉNÈSE, DE LA MUTAGÉNÈSE, DE LA TÉRATOGÉNÈSE ET DE LA FERTILITÉ : Utilisation efficace et La sécurité du BOTOX dépend de la bonne conservation du produit, du choix de la bonne dose et des techniques de reconstitution et d’administration adéquates.

Les médecins qui administrent le BOTOX doivent comprendre l’anatomie orbitale, faciale, cervicale, dorsale et neuromusculaire générale pertinente, ainsi que toute altération de celle-ci due à des procédures chirurgicales antérieures et aux techniques électromyographiques standard.
Comme pour tout produit biologique, l’épinéphrine doit toujours être disponible et des précautions doivent être prises en cas de réaction anaphylactique.

Il est recommandé de disposer d’instruments appropriés pour décomprimer l’orbite en cas d’hémorragie rétrobulbaire due à la pénétration d’une aiguille pendant le traitement du strabisme.
Le BOTOX doit être évité dans la zone de la paupière inférieure pour éviter l’ectropion et le lagophtalmie.

Il est important de prescrire des lubrifiants oculaires sous forme de gouttes et de pommade après le traitement du blépharospasme, étant donné la possibilité d’une exposition cornéenne accrue, d’un défaut épithélial persistant et d’une ulcération cornéenne, en particulier chez les patients souffrant de troubles de la paire VII, étant donné la réduction des clignements induits par le BOTOX.

Aucune étude animale à long terme n’a été menée pour évaluer le potentiel cancérogène et mutagène. On ne sait pas si son utilisation affecte la capacité de reproduction des animaux, c’est pourquoi il ne doit être utilisé qu’en cas d’indication spécifique chez les femmes enceintes ou proches.
DOSE ET VOIE D’ADMINISTRATION : Intramusculaire/sous-cutanée.
La dose utilisée sera toujours celle indiquée par le spécialiste en fonction de la pathologie et de son extension, comme le poids du patient en kg.

LES MANIFESTATIONS ET LA GESTION DU SURDOSAGE OU DE L’ABSORPTION ACCIDENTEL : Le surdosage de BOTOX provoque une paralysie chimique induite dans le muscle injecté, qui sera réversible dans un délai moyen de 2 à 3 mois et ne nécessite pas de traitement spécifique.
En cas d’ingestion accidentelle, étant donné la faible quantité de toxine disponible par flacon, aucune réaction de toxicité n’est attendue, mais une surveillance médicale doit exister pour le contrôle adéquat des manifestations possibles.

PRÉSENTATION : Boîte en carton contenant un flacon de 100 U de toxine botulphique de type A.
RECOMMANDATIONS DE STOCKAGE : Conserver au congélateur à -5oC.
Après reconstitution avec une solution stérile de chlorure de sodium à 0,9 %, réfrigérer à 2 à 8oC et utiliser dans les quatre heures.
Article Date : Jan 06, 2004
Microdénervation biologique sélective par injection de Botox

En Général :
Le Botox est une toxine biologique, la toxine botulique de type A, adaptée comme agent thérapeutique depuis la fin des années 1960 dans le traitement de certains troubles neurologiques. Plus tard, il est devenu populaire en traumatologie, en ophtalmologie, en neurologie et, depuis 10 ans, en chirurgie esthétique.
Avant de gagner en notoriété pour son usage cosmétique, la toxine botulique a été utilisée pour le traitement de certaines pathologies neurologiques avec hyperactivité musculaire, telles que les spasmes palpébraux chroniques, et au cours de la dernière décennie, elle a été utilisée pour la spasticité causée par la paralysie cérébrale et la sclérose en plaques. Par des injections locales, la toxine botulique agit en interférant avec la communication entre les nerfs et les muscles de la zone affectée.
C’est actuellement l’une des procédures cosmétiques non chirurgicales les plus populaires et elle est utilisée pour traiter les rides et les lignes dynamiques des seins, du front, des pattes d’oie, du tiers inférieur du visage et des narines afin de réduire leur activité excessive.

Il existe trois types de rides. Les rides du photovieillissement, produites par l’action du soleil, les rides du vieillissement physiologique et les rides dynamiques qui sont les plus fréquentes puisqu’elles sont produites lorsque nous gesticulons ou exprimons des émotions.
En général, il a été constaté que les rides d’expression qui répondent le mieux au traitement sont celles qui sont causées par l’activité de muscles spécifiques pendant l’expression du visage, tels que : le muscle frontal, le procerus et les corrugateurs (qui plissent les seins), et l’orbicularis du contour des yeux et de la bouche.

Par des injections locales, la toxine botulique agit en interférant avec la communication entre les nerfs et les muscles de la zone affectée.
Il peut être utilisé comme traitement unique, chez les jeunes ayant des rides naissantes, ou pour compléter et optimiser les traitements chirurgicaux des paupières (blépharoplastie) et du visage (lifting).
Elle peut également être complétée par d’autres procédures telles que des injections de produit de remplissage et un peeling chimique.

Pharmacologie :
La toxine botulique présente huit formes immunologiques : A, B, C1, C2, D, E, F et G, la plus puissante étant le type A. Bien que B et F aient pratiquement la même efficacité, le type A est couramment utilisé, commercialisé sous le nom de Botox® par Laboratorios Allergan dans 100 flacons U.I.
La paralysie musculaire commence à se manifester entre 2 et 4 jours après l’injection de la toxine botulique, le temps nécessaire à l’épuisement des réserves d’acétylcholine des boutons présynaptiques, et est maximale à 7 jours.

Mécanisme d’action :
La toxine botulphonique agit en bloquant directement et sélectivement certaines substances chimiques appelées neurotransmetteurs responsables de la connexion entre les terminaisons nerveuses et la plaque motrice du muscle (dénervation chimique supersélective) en inactivant le muscle.
Son mécanisme d’action consiste à inhiber la production d’acétylcholine par les terminaisons nerveuses, provoquant une paralysie du muscle innervé, en arrêtant la production présynaptique dans les terminaisons nerveuses, ce qui inactive le muscle. Ainsi, ce sont les rides causées par l’activité des muscles qui sont lissées, et non les rides observées au repos.
L’inactivité et la relaxation du muscle produisent un aplatissement des sillons et des lignes d’expression, sans altérer l’expression naturelle du visage.

Ainsi, ce sont les rides causées par l’activité des muscles qui sont lissées, et non les rides observées au repos. L’inactivité et la relaxation du muscle produisent un aplatissement des sillons et des lignes d’expression, sans altérer l’expression naturelle du visage.
Il bloque également les récepteurs des glandes sudoripares pour traiter l’hyperhidrose ou la transpiration excessive des aisselles, des paumes et de la plante des pieds. (En savoir plus sur le mécanisme d’action)

Rides

Il existe trois types de rides. Les rides de photovieillissement, produites par l’action du soleil, les rides de vieillissement physiologique et les rides dynamiques qui sont les plus fréquentes car elles se produisent lorsque nous faisons des gestes ou exprimons des émotions.

Indications :

La toxine botulique peut être utilisée comme un traitement unique, chez les jeunes ayant des rides naissantes, ou pour compléter et optimiser les traitements chirurgicaux des paupières (blépharoplastie) et du visage (lifting) et d’autres procédures cosmétiques telles que les injections de produit de remplissage et le peeling chimique.
En général, il a été constaté que les rides d’expression qui répondent le mieux au traitement sont celles qui sont causées par l’activité de muscles spécifiques pendant l’expression du visage, tels que : le muscle frontal, le procerus, les corrugateurs (qui plissent les seins), et l’orbicularis dans le contour des yeux et de la bouche.

C’est actuellement l’une des procédures cosmétiques non chirurgicales les plus populaires et elle est utilisée pour traiter les lphnées dynamiques et les rides du sein, du front, des pattes d’oie, du tiers inférieur du visage et des narines pour réduire leur activité excessive.
Il peut être utilisé comme traitement unique, chez les jeunes ayant des rides naissantes, ou pour compléter et optimiser les traitements chirurgicaux des paupières (blépharoplastie) et du visage (lifting). Elle peut également être complétée par d’autres procédures telles que des injections de produit de remplissage et un peeling chimique.

Technique :

La reconstitution du Botox doit être effectuée avec une solution saline stérile à 0,9% (sérum physiologique) et conservée au congélateur à -5° C.
Le Botox est facilement dénaturé lorsqu’il bouillonne en raison d’une agitation excessive. Le diluant doit être injecté lentement à travers la paroi de la bouteille, en fait il doit y avoir un vide tel qu’il tire spontanément le diluant.

La dilution de Botox est une question de préférence personnelle, mais normalement 100 unités sont reconstituées dans 2 ml de diluant. En théorie, des solutions plus concentrées réduisent la fiabilité, et des solutions plus diluées entraînent une diffusion exagérée de la toxine.
Les auteurs préfèrent utiliser 2 ml de diluant pour préparer la solution avec 50 UI par ml, la charger dans 2 seringues de tuberculine de 1 ml, faire des piqûres de 0,1 ml par site, en ayant assez pour 20 piqûres avec des aiguilles de 1 pouce de longueur et de calibre 30.

Une fois reconstitué, il doit être conservé au réfrigérateur entre 2 et 8° C, et doit être utilisé dans les 4 à 6 heures. En 12 heures, 44% de son activité est perdue, et en une semaine, 70%.
D’autres maintiennent que dilué dans 10 ml, il a conservé son activité jusqu’à un mois.
On demande au patient d’activer les muscles de la région pour déterminer la position exacte de l’injection qui est effectuée directement dans le muscle à l’aide de minuscules aiguilles qui la rendent pratiquement indolore. Certaines anesthésies peuvent être obtenues avec de la glace locale ou une infiltration locale. La procédure dure entre 15 et 30 minutes et les effets sont perceptibles au bout de 3 ou 4 jours, soit une semaine au maximum. L’application locale d’un postérieur permet d’éviter un éventuel œdème.
Une injection de 10 unités dans le muscle frontal produit une zone arrondie de parésie d’un rayon d’environ 1,5 cm à chaque ponction.

Avantages :

Il est appliqué au bureau, sans anesthésie, ne provoque pas de congé de travail ou de congé social. Le patient reprend immédiatement ses activités. Pas besoin de test d’allergie. Une vaste expérience a confirmé que le Botox est sûr car, jusqu’à présent, aucune complication systémique liée à son application n’a été signalée. Elle est réversible après 3 à 6 mois, il faut donc en faire la demande jusqu’à ce que leur inactivité prolongée provoque l’atrophie du muscle.

Inconvénients :

Les micro-perforations sont tolérables. Certains petits hématomes sont rapidement résorbés, tandis qu’ils peuvent être cachés avec du maquillage. Les résultats asymétriques et insuffisants sont corrigés par un réexamen au bout de 10 jours.
Rarement, le résultat peut être nul en raison d’une activité immunologique exagérée de l’organisme pour le pharmacien.
Au contraire, en cas de réponse exagérée, il peut y avoir une légère ptose ou un relâchement palpébral et/ou brun de la queue des sourcils, ce qui renvoie spontanément aux quelques jours.

Autres considérations :

Les fibres médianes de l’orbiculaire proviennent du bord antérieur médian de l’orbite, avant l’onduleuse, et interdigitent ses fibres avec les muscles de la région. Le dépresseur superciliaire provient du processus nasal frontal et est inséré dans la peau du tiers intérieur du sourcil.
Le processus provient du cartilage supérieur du nez et de l’os nasal et est inséré dans la peau du front. Il est également interdigité avec les autres.
25 unités sont injectées, réparties en 5 applications de 5 unités chacune, 1 centrale pour le procerus, 2 latérales pour le bord interne de l’orbicularis, et 2 autres latérales pour le superciliaire.

On demande à la patiente de froncer le sein et, par palpation, on commence à infiltrer l’onduleuse par les bords médians. L’aiguille est insérée jusqu’à ce qu’elle touche l’os et lorsqu’elle est retirée légèrement, on se retrouve dans le ventre musclé. Faites avancer l’aiguille vers le haut et vers l’extérieur jusqu’à ce qu’elle atteigne le tiers moyen du sourcil.
Ils sont ensuite appliqués successivement sur l’orbiculaire et le superciliaire, de façon bilatérale. Le dernier est appliqué au procerus au point où l’angle formé par les têtes des sourcils converge, au centre du rafis nasal.

Les patients ayant une peau excessivement grasse et des sillons profonds répondent mal au traitement.
PERIORBITAL (PATTES D’OIE) :
Les rides causées par l’âge, le photovieillissement et le mica facial répondent également très bien à l’injection de Botox.
Le muscle orbicularis oculi des paupières entoure l’œil, arrangeant ses fibres en une forme circulaire, dont la contraction provoque des plis radiaux latéralement au canthus externe de l’œil.
Trois injections hypodermiques sont effectuées à 1 cm. Vers l’extérieur du bord orbital, avec 2 à 3 unités par site, sous forme radiée, espacées de 1 cm entre elles. Des doses plus élevées peuvent provoquer une ptose des paupières ou une diplopie.

L’élévateur de la lèvre supérieure peut être injecté avec 2 à 5 unités sur les côtés du filtrum et latéralement dans l’angle des ailes du nez.
Un pli mentonnier important peut être réduit en injectant 5 à 10 unités de Botox à la pointe du menton.
Les injections peuvent améliorer l’apparence des asymétries faciales et des synkinésies parasitaires en ciblant les muscles controlatéraux sains. L’hyperkinésie peut être réduite en injectant le muscle hyperkinétique.
Les rides de la lèvre supérieure (code-barres) peuvent être traitées par des injections de remplissage ou un peeling profond avec des exfoliants car le muscle orbicularis oculi des lèvres répond mal aux injections et est sensible à la parésie. En cas de rides peu nombreuses et très profondes, de faibles doses de 0,5 UI et très superficielles peuvent être essayées.
Le muscle abaisseur d’angle de la bouche peut être injecté aux coins de la bouche avec 2 ou 3 unités chacune pendant que le patient l’active en tirant fortement sur les angles de la bouche.

Le sillon nasogénien peut être assoupli en injectant le muscle releveur de la lèvre supérieure et le muscle releveur de l’aile nasale en relâchant et en allongeant la lèvre supérieure. Les résultats ne sont pas très satisfaisants.
Le platysma ou muscle musculo-cutané du cou prend naissance en bas de l’aponévrose du muscle pectoral et du deltoïde, traverse le sternocléidomastoïde et se joint aux fibres du muscle controlatéral à 1-2 cm sous le menton. Chez certaines personnes, les fibres sont interdigitées au niveau du cartilage thyroïdien et convergent en formant une bande dans la zone sous-mentonnière.

Les bandes latérales du muscle platysma facilitent l’expression du visage en abaissant les commissures labiales.
Ses fibres les plus postérieures se poursuivent avec le SMAS (système musculoaponévrotique superficiel du visage).
Devant le menton, on trouve les abaisseurs de la lèvre inférieure, de la lèvre, de l’angle et du menton.

L’hérédité, les variations de poids et les dommages actiniques provoquent le vieillissement du cou, qui se manifeste par des bandes gravitationnelles médianes du muscle platysma et des sillons ou des rides horizontales.
L’injection cosmétique de Botox dans le cou est considérée comme appropriée chez les patients âgés qui ne sont pas candidats à la chirurgie, les patients âgés opéré avec de mauvais résultats dans le cou, et de jeunes patients avec des bandes de platysme évidentes qui ne justifient pas encore une opération. Ils peuvent également être utilisés pour améliorer le résultat d’une rhytidectomie.

Les patients plus jeunes obtiennent de meilleurs résultats et cela se remarque davantage pendant l’animation qu’au repos.
Une fois la peau préparée, on demande au patient d’activer le muscle et les applications sont effectuées le long des deux bandes avec des intervalles de 1,5 cm, 1 à 2 unités à chaque fois, en fonction de l’épaisseur du muscle, soit environ 20 unités par bande, jusqu’à un maximum de 100 UI au total.
L’injection des muscles profonds dans le platysme peut provoquer une faiblesse temporaire de la déglutition (dysphagie) pendant des semaines, mais peut parfois être grave avec danger d’aspiration.
Au repos, un œdème, une ecchymose, un hématome et une faiblesse du cou peuvent survenir, tous ces symptômes étant transitoires.

CONTRE-INDICATIONS ET COMPLICATIONS DES INJECTIONS DE BOTOX
CONTRE-INDICATIONS ABSOLUES :

Les contre-indications comprennent les réactions allergiques antérieures, l’injection dans des zones d’infection ou d’inflammation, la grossesse et l’allaitement.
Les femmes qui ont reçu une injection par inadvertance pendant leur grossesse ont eu des accouchements tranquilles sans tératogénicité.

CONTRE-INDICATIONS RELATIVES :

Les patients souffrant de troubles neuromusculaires (par exemple, la myasthénie grave) comme faiblesse généralisée peuvent être exacerbés.
Certains médicaments diminuent la transmission neuromusculaire et doivent généralement être évités chez les patients traités à la toxine botulique pour une petite quantité libérée dans le sang. Il s’agit notamment des aminoglycosides, de la pénicillamine, de la quinine et des inhibiteurs calciques.

LES EFFETS NÉGATIFS :

Les injections intravasculaires doivent être évitées car la diffusion de grandes quantités de toxine peut imiter les symptômes du botulisme.
Les réactions idiosyncrasiques sont rares, généralement inaperçues ou passagères. Elles comprennent des nausées, de la fatigue, une gêne et des éruptions cutanées sur des sites éloignés des injections.
L’injection percutanée peut provoquer des douleurs, un œdème, un érythème, des ecchymoses, des maux de tête et une hyperesthésie.
L’effet négatif majeur le plus courant est la faiblesse non désirée. Heureusement, elle se résorbe en plusieurs mois et, chez certains patients, en quelques semaines, selon le site, la force des injections et les muscles affectés.

Il faut être prudent avec les patients qui dépendent de l’expression d’émotions, comme les acteurs et les politiciens, car une réduction potentielle de l’expression et de l’inexpressivité peut donner l’apparence d’un masque. La ptose du front produit un aspect couvert et même à obstruer partiellement la vision, il faut donc éviter la zone située à moins de 1 cm au-dessus du sourcil. Si les fibres latérales du front n’ont pas été injectées correctement, il peut en résulter un aspect excentrique, dans lequel le front latéral apparaît haut tandis que le front central est abaissé. Injectez une petite quantité de toxine dans les fibres latérales pour traiter cela.

Il faut faire une distinction claire entre le front hyperfonctionnel et le front prothétique. L’injection de ce dernier aggrave la situation.
L’injection de l’orbicularis lors du traitement des muscles glabellaires peut provoquer une ptose de la paupière supérieure, et peut apparaître jusqu’à 2 semaines après l’application. Ceci est dû à la migration de la toxine à travers la cloison orbitale, il faut donc éviter de se coucher, de s’accroupir et de manipuler excessivement.

La ptose est traitée avec des gouttes oculaires d’apraclonidine 0,5%, un agoniste alpha 2 adrénergique qui produit un raccourcissement du muscle de Müller. Si elle n’est pas disponible, la phényléphrine à 2,5 % peut être utilisée, ce qui est contre-indiqué chez les patients atteints de glaucome ou d’anévrisme. Appliquer 1 à 2 gouttes, 3 fois jusqu’à ce que la ptose soit résolue. Une faiblesse de la paupière inférieure ou du rectum latéral peut se produire lors de l’injection de l’orbicularis latéral, ce qui peut entraîner une kératite d’exposition.

Certains patients ne répondent pas aux injections, lorsqu’elles ne sont pas d’origine dynamique, en raison d’une technique inadéquate ou de la dénaturation de la toxine. D’autres répondent bien aux premières demandes et développent ensuite des anticorps.

CONSIDÉRATIONS IMMUNOLOGIQUES

On estime que 5 à 15% des patients ayant reçu une injection consécutive de Botox ont développé une non-réponse, secondaire à la production d’anticorps neutralisants. Les facteurs de risque associés sont l’injection de plus de 200 unités par séance et la répétition avant un mois de traitement.
Le nouveau BCB 2024 Botox a un potentiel de neutralisation plus faible en raison de sa charge protéique réduite.
La réponse d’un patient peut être évaluée avec une seule injection de 15 unités dans la zone frontale d’un côté
Au fil du temps, nos gestes et nos imitations laissent des traces sur nos visages. Cela provoque des rides sur le front, des pattes d’oie autour des yeux et des rides entre les sourcils, le tout dû à la contraction fréquente des muscles faciaux.

Les injections de Botox sont une solution temporaire pour les rides, et toute personne qui en a besoin peut répéter le traitement deux fois par an. Les demandes successives prolongent le temps d’action et la durée des résultats. Il ne faut pas craindre d’être dérivé d’une toxine, car certains antibiotiques le sont aussi, et ne sont pas dangereux en raison du processus d’élaboration, du dosage soigneux et du fait qu’ils sont moins entre des mains qualifiées. Il serait nécessaire de placer 100 fois la dose habituelle pour provoquer une toxicité.

Il est sûr et efficace à des fins esthétiques chez les patients présentant des signes précoces de vieillissement et chez ceux qui ne sont pas de bons candidats à une chirurgie esthétique extensive de rajeunissement.
Les injections de Botox sont une solution temporaire pour les rides, et quiconque en a besoin peut répéter le traitement deux fois par an. Les demandes successives prolongent le temps d’action et la durée des résultats.

Il ne faut pas craindre d’être dérivé d’une toxine, car certains antibiotiques le sont aussi, et ne sont pas dangereux en raison du processus d’élaboration, du dosage soigneux et du fait qu’ils sont moins entre des mains qualifiées. Il serait nécessaire de placer 100 fois la dose habituelle pour provoquer une toxicité.

Il est sûr et efficace à des fins esthétiques chez les patients présentant des signes précoces de vieillissement et chez ceux qui ne sont pas de bons candidats à la chirurgie esthétique extensive de rajeunissement.

Précautions :
Les effets du Botox peuvent être renforcés par certains médicaments, certains antibiotiques, des anti-inflammatoires et de l’aspirine, ainsi que par certaines vitamines et herbes, avec le risque potentiel d’une augmentation des saignements, des ecchymoses, des ecchymoses et des oedèmes au moment de l’injection.

Pendant les 4 heures qui suivent la demande :
– Évitez de toucher, de masser et de maquiller les zones infiltrées ;
– Restez en position verticale ;
– Évitez l’exercice physique.

Les femmes enceintes et allaitantes devraient reporter le traitement. Les effets sur le fœtus et le nourrisson ne sont pas encore connus.

L’UTILISATION DU BOTOX DANS LE VIEILLISSEMENT À DES FINS COSMÉTIQUES

LE FRONT :
Le muscle frontal soulève les sourcils et la peau du front, avec ses fibres disposées verticalement, provoque des plis frontaux horizontaux. Il prend naissance à l’envers dans la galaxie aponévrotique, près de la suture coronale, et finit par s’insérer dans le bord supraciliaire, interdigité avec les fibres de ses antagonistes, les dépresseurs frontaux, les muscles procerus, corrugator et orbicularis oculi.

Les fibres médianes sont plus fibreuses et nécessitent donc plus de toxines pour la paralyser, en prenant soin de ne pas la paralyser complètement car elle provoque une ptose des sourcils latéralement.
Les injections de multiples petites quantités de toxine affaiblissent sans pour autant la paralyser totalement. Deux unités doivent être appliquées en 3 à 5 points latéralement à la ligne médiane avec une séparation de 1,5 cm, vers le haut et sur les côtés, jusqu’à la ligne des cheveux, et de manière divergente. En fonction de la largeur du front, vous pouvez faire une deuxième rangée parallèle à la première, mais latéralement.
Les applications frontales et périorbitaires doivent être effectuées en position assise et demander au patient de rester droit pendant 3 heures pour éviter la migration de la toxine vers le septum orbital.
Les rides de froncement glabellaires sont la principale cause de consultation, et sont le résultat de l’action des dépresseurs.

LES OEILS :
Avec l’âge, la moitié externe du sourcil devient ptosique (ptosis = brun), descente gravitationnelle de la masse de tissu temporal et action de la partie externe du muscle orbicularis. Les injections de Botox ne soulèvent pas la moitié temporale du sourcil, mais en supprimant l’action et en relâchant les muscles dans la zone, elles donnent l’impression visuelle de soulever la queue du sourcil.
Cet effet est obtenu par l’application de 7 à 10 UI dans la partie supérieure de l’orbicularis des yeux, sous le tiers externe du front, ce qui permet d’obtenir un effet liftant entre 1 et 5 mm.

LE MARRON :
Le muscle corrugateur est un adducteur du front, qui tire le sourcil vers le bas et vers le milieu. Partie médiane de l’os nasal, il borde le bord de l’orbite vers le haut et vers l’extérieur, et est inséré dans la peau, dans le tiers moyen du bord supérieur du sourcil.
Il se situe dans un plan plus profond que le frontal, le processus et l’orbiculaire.
Pour traiter ces rides, un produit appelé Botox peut être injecté dans les petits muscles sous-cutanés. Ce produit agit en réduisant l’activité des muscles. C’est une toxine qui provoque la paralysie du muscle. Appliqué en quantité minime, le Botox ayant une action très locale, il détend les muscles du visage, faisant disparaître les rides.
Après le traitement, on obtient une peau beaucoup plus lisse et plus jeune. Les injections de Botox n’affectent pas le mimétisme naturel. L’effet du traitement est apprécié au bout de trois à cinq jours et dure environ six mois. Cela varie d’une personne à l’autre.

Le Botox est injecté à l’aide d’une aiguille très fine directement dans le muscle à traiter et ne nécessite pas d’anesthésie. Elle peut être effectuée simplement lors de la consultation et ne laisse pas de traces gênantes. Vous pouvez même faire le traitement pendant l’heure du déjeuner et continuer ensuite votre activité comme si de rien n’était.

Les médecins utilisent le Botox depuis de nombreuses années car il ne présente pas de contre-indications majeures. Dans de très rares cas, une paupière tombante (ou la commissure des lèvres) peut apparaître. Il s’agit d’un symptôme temporaire qui disparaît spontanément après une ou deux semaines.

Les autres parties du visage, telles que la bouche, les joues, le pourtour des yeux, ne sont pas adaptées au traitement au Botox car elles sont très importantes pour une imitation naturelle.

Traitements au BOTOX

Le BOTOX est un agent thérapeutique de relaxation muscle qui agit sur les nerfs moteurs (les nerfs qui mènent aux muscles). Il fait partie d’une classe de médicaments appelés neurotoxines. Le BOTOX a reçu l’approbation de la FDA pour une utilisation sur la « patte d’oie », entre le front, la région du front et de la lèvre supérieure.

Comment le Botox est-il efficace ?

L’injection de Botox dans les muscles produit une inactivation permanente de la jonction neuromusculaire. Il en résulte une faiblesse ou une paralysie des muscles. Utilisé en petites quantités et avec précaution, le Botox peut être utilisé pour inactiver les petits muscles faciaux entre les sourcils, sur le front et aux coins des yeux.

L’inactivation de ces muscles peut réduire ou éliminer les rides horizontales marquées du front (rides de surprise), les rides verticales entre les sourcils (rides du front) et les rides adjacentes aux coins des yeux (pattes d’oie).

Le Botox peut-il éliminer toutes les rides du visage ?

Les injections de Botox ne sont efficaces que sur les rides du visage qui sont causées par une suractivité des muscles faciaux. Ils n’agissent pas sur les rides causées par un affaissement excessif ou une exposition au soleil (par exemple, les rides de la lèvre supérieure) ; cependant, les peelings chimiques et/ou la microdermabrasion, et/ou le resurfaçage de la peau au laser peuvent aider à résoudre ces problèmes.

Les effets du Botox sont-ils permanents ?

Les injections de Botox prennent de 48 à 72 heures pour agir et durent de 4 à 6 mois. Bien que les injections de Botox provoquent une inactivation permanente de la jonction nerf-muscle, notre corps fait germer de nouvelles découvertes nerveuses avec le retour de la fonction musculaire (et malheureusement, des rides) !

Le Botox est-il sûr ?

Les injections de botulinum sont extrêmement sûres. Aucune allergie ni toxicité systémique n’a été signalée lorsqu’il est utilisé à petites doses (comme dans la thérapie des rides).

Visitez aussi : https://www.riccardomarsili.fr/medecine-esthetique/toxine-botulique