La phytotherapie et le CBD

mai 28, 2020 0 Par Sandro Caputo

phytotherapie-CBD

 

L’OMS définit la MT comme la somme de connaissances, de compétences et de pratiques fondées sur les théories, les croyances et les expériences de différentes cultures, utilisés pour maintenir la santé ou le bien-être et pour prévenir, diagnostiquer, améliorer ou pour traiter les maladies physiques et mentales.
12] Ce sont des courants de pensée et les pratiques non réglementées
de la médecine conventionnelle (CM) ; beaucoup viennent de cultures anciennes et
d’autres, les plus récentes, peuvent ne répondre à aucune tradition.

La MT utilise des médicaments à base de plantes, d’animaux ou de minéraux, des thérapies spirituelles, des techniques et des exercices manuels. les pratiques sont fondées sur des preuves empiriques tirées de textes traditionnels, de pharmacopées et/ou l’expérience clinique acquise par
centaines d’années ; bien qu’actuellement il existe des études scientifiques qui soutiennent
l’efficacité et la sécurité de certains la médecine.

Les connaissances traditionnelles peuvent transmise sous forme de théorie systémique, écrite
et révisée (Ayurveda ou médecine traditionnelle chinoise) ; par compte rendu oral et exclusif à
(chamanisme, herboristerie, folkrisme) ; ou via des livres de botanique, des herbiers et
les bases de données numériques.

Les objectifs de la MT pour la personne sont les suivants : encourager les soins individuels ;
de respecter la décision autonome du patient ; d’orienter les changements sous forme de
vie ; appliquer des techniques qui ne représentent pas risque ; et d’accepter le pluralisme médical qu’implique le fait de ne pas s’opposer aux traitements conventionnels ou à la recherche
de la cause objective de la souffrance. Vers la communauté a pour but : la l’engagement social en faveur du bien-être général et de la responsabilité publique.

L’insatisfaction face aux effets indésirables des médicaments, l’approche dépersonnalisée, les informations provenant d’autres personnes et le peu accessibles, ou le poids de la tradition, sont
parmi les raisons pour lesquelles les gens préfèrent la MT à la MC.
C’est aussi l’espoir pour les situations où les traitements sont peu nombreux
efficace ou inefficace (cancer ou infections avancées). Cependant, des effets toxiques de type mutagène ont été signalés, cancérigènes et tératogènes, du fait de la combinaison des herbes.

Phytothérapie

On estime que 80 % des habitants de la planète utilisent des plantes médicinales. 23] Ils constituent la principale ressource pour les soins de santé d’énormes populations dans les pays en développement ;
comme en Afrique, où huit sur dix habitants dépendent exclusivement des plantes et des animaux pour
les soins primaires. Dans les pays industrialisés, on constate un intérêt accru pour le tera

catastrophes naturelles au cours des deux dernières décennies et aujourd’hui près de la moitié de leurs
La population utilise régulièrement une certaine médecine traditionnelle.
D’autre part, la phytothérapie mobilise des sommes d’argent à mobilité ascendante. En 2002
le marché mondial de la phytothérapie était 60 milliards et une décennie plus tard, en 2012, dans le
Chine le montant avait dépassé 83 millions.

L’OMS avertit que le marché ne dispose pas de dossiers précis en raison de la diversité des réglementations. Malgré la les investissements annoncés par les entreprises pharmaceutiques, ceux-ci sont modestes par rapport aux l’industrie pharmaceutique ; en même temps
qui accroît l’intérêt pour les questions éthiques non observées dans le cadre du développement de médicaments dans un conventionnel.

Cannabiculture

L’acquisition du cannabis dépend du statut juridique qu’elle a dans chaque pays.
D’un point de vue juridique, la possession à des fins récréatives est différente de celle
à des fins médicales. Dans le monde entier, le statut médical oscille entre la légalité,
consommation dépénalisée, tolérance de facto, l’illégalité absolue ou l’absence de loi parce qu’elle n’est pas considérée narcotiques. Le CBD suisse est considéré aussi comme légale.

Fins thérapeutiques

La plante de cannabis peut provenir culture légale, contrôlée et centralisée (Israël ou République tchèque) ; ou la culture légale, contrôlée et centralisée, ainsi que la culture domestique au réglementé (Canada ou certains autres pays). des États-Unis). La culture domestique individuelle ou collective -cannabis- est encouragée des médias, des portails Internet ou des programmes gouvernementaux de santé publique. Les « grow shops » et l’Internet, rendent la connaissance de plus en plus accessible pour la production nationale.

En 2011, l’UNODC a identifié 200 banques qui proposent des semences sur le web et les distribuent dans le monde entier via les services postaux. Ces les graines sont différentes de celles des espèces sauvages et générer des hybrides avec des la productivité et la teneur en THC, potentialisant les risques de psychose, de dépendance et d’effets somatiques néfastes.

En outre, la combinaison sous-espèce complexe la filiation de
qui, jusqu’à il y a quelques décennies avait 35 noms entre les variantes, sous-espèces et synonymes, et les études taxonomiques modernes ont réussi à classer en trois sous-espèces enregistrées : sativa sp., indica sp. et ruderalis sp.

 

Fins non thérapeutiques

 

La consommation de cannabis a dépassé à celle des autres drogues, notamment dans les pays d’Amérique du Nord, Europe occidentale et Australie. Cette consommation est liée à la culture des jeunes, qui l’initient à plus plus tôt que les autres drogues. Environ 147 millions de personnes (2,5 % de la
la population mondiale) consomment du cannabis. Plus de 100 millions de personnes
a admis avoir consommé de la marijuana aux États-Unis en 2010.

En 2013, il y avait 19 millions d’individus dans ce pays qui avaient consommé de la marijuana jusqu’à un mois avant d’être interrogé : un million et demi de ces sujets avaient entre 12 et 17 ans. En Uruguay, une un an après la légalisation, les adolescents percevaient la marijuana comme facilement accessible et fréquemment proposé, même, a été consommé plus que le tabac entre les moins de 17 ans. L’ONUDC On suppose qu’il faudra des années de surveillance attentive si les conséquences de ce type de réglementation.

Voici quelques sites web qui pourront éclairer aussi votre lanterne : https://naturalpes.ch et https://cannabisking.ch .

Gettman et al. estiment qu’un contrôle gouvernemental strict a échoué et que la légalisation de la culture
permettrait d’éliminer le commerce illicite. Ce serait une conséquence du marché ouverte et compétitive, avec des obligations commerciaux qui décapitalisent les activités souterraines rentables et découragent
la participation des adolescents. Mais ils admettent que cela ne résoudrait pas le problème comportemental des jeunes.  Caulkins et al. voient que la culture à domicile sert : a) à des fins commerciales ;

b) l’échange et le don de cadeaux ; ou c) l’encouragement des efforts de coopération
à but non lucratif. Toutefois, ils ont exprimé leur inquiétude quant au fait que les cultures locales pourraient rendre plus difficile la réglementation commerciale de la production et
distribution.  Le programme fédéral Santé Canada est confronté à des plaintes concernant les restrictions et peu d’efficacité du cannabis fourni. La plupart des utilisateurs optent pour le production propre et pour se rendre à l’ile.

Sans Toutefois, les autorités sont préoccupées par les effets non intentionnels que la La production intérieure pourrait provoquer en matière de santé publique.

Shepherd ne croit pas que la science soit séparée de l’objectif social, et en réalité, les gens le croient
est de rechercher un témoignage scientifique pour les comportements sociaux.  Les études de
l’efficacité conçue pour les patients qui pratiquent des activités récréatives ;  la prévalence largement démontrée des personnes qui déclarent avoir consommé de la marijuana avec une intention médicale mais jamais ont reçu une telle prescription ;  ou les millions de consommateurs de cannabis qui découvrent leur effets thérapeutiques sans les avis médicaux, semblent valider la pensée de Shepherd.
Sans aucun doute, l’agriculture cannabique est désormais une entreprise lucrative et
en augmentation rapide.