Questions sur les guérisseurs

octobre 17, 2019 1 Par admin1975
Questions sur les guérisseurs

Nous pouvons tous guérir. Le pouvoir de guérison a toujours été en nous. Nous ne devons pas écouter ceux qui disent le contraire, mais être sourds aux paroles de ceux qui ne croient pas que notre guérison est possible. La foi en tout est peut-être l’une des armes les plus puissantes au monde.

Tout être vivant possède en lui un pouvoir naturel, inné et illimité de guérison, qui lui est conféré par la force vitale : rien de plus que l’énergie qui l’anime.
C’est une sorte de corps subtil qui agit comme une double matrice éthérique ou physique et intervient dans la multiplication cellulaire de l’embryon de sorte que chaque partie, tout comme l’organisme entier, acquiert une forme et la conserve.
En même temps, c’est le facteur de cohésion entre les cellules et la force motrice qui synchronise, orchestre et harmonise toutes les activités physiologiques pour maintenir le corps en homéostasie (ou équilibre). Il régule notre biorythme entre les périodes d’activité (sympatheticotonie) et de repos (parasympathectotonie).
Suite à un traumatisme (physique ou psychologique), cette force déploie tous les moyens possibles pour réparer les tissus endommagés, guérir les blessures, renforcer les os, augmenter la fonction d’un organe, etc. Lorsqu’elle est attaquée par des agents nocifs ou des substances toxiques, cette force joue un rôle protecteur en mettant en place un réseau de défenses dans l’organisme (système lymphatique et immunitaire).

La force vitale non seulement maintient le corps en vie, mais aide aussi à rétablir la santé des personnes malades. Dans ce cas, il utilise les mêmes moyens qu’en temps normal, mais d’une manière plus intense, rapide et parfois même violente. Pour ce faire, elle intensifie les processus d’élimination des toxines (vomissements, diarrhées, expectorations, fièvre et transpiration intense) ou procède à une production supplémentaire de globules blancs ou rouges pour faciliter la guérison d’une pièce, ou induit une fatigue physique pour favoriser le repos et la régénération organique. Elle peut aussi donner lieu à un désir intense d’aliments spécifiques pour remédier à une carence.
Puisque le but premier est d’animer et de maintenir le corps en vie, il ne peut jamais travailler contre lui ou en opposition avec les lois physiologiques. Les moyens qu’il utilise pour guérir l’être humain sont donc toujours utilisés de manière intelligente et bénéfique. Ce que nous appelons symptômes sont pour la plupart des solutions biologiques – retenues par cette force – pour aider un de nos organes ou pour le faire guérir. Quand la force s’en va, la matière perd son organisation, le corps se décompose et la mort arrive.
Sans force vitale, il n’y aurait pas de guérison ou de formes de vie.
Le célèbre biologiste De Sanctis écrivait dans la préface du livre de Marco Bravo: « Les médecins du passé connaissaient si bien la puissance de l’organisme qu’ils ont pris le dessus sur la maladie et ont inventé la belle expression vis medicatrix naturae, ou pouvoir curatif de la nature. Elle est si efficace que la plupart des maladies se résorbent d’elles-mêmes. La science médicale essaie d’accélérer le processus et crée parfois plus de problèmes que l’énergie de guérison n’avait laissé libre d’agir comme le fait un médium. La médecine moderne deviendra véritablement scientifique lorsque les médecins et les patients auront appris à gérer les forces du corps et de l’esprit qui sont à l’œuvre dans la vis medicatrix naturae ».

Quels facteurs agissent en synergie avec l’énergie de guérison ?
Il y a trois facteurs essentiels :
– La volonté de guérir
– La foi en sa propre guérison
– Un objectif précis à atteindre

La volonté de guérir
Ce désir nous stimule et nous pousse à agir pour sortir de cette situation. Cela crée une ouverture qui nous permet de trouver des réponses, de rencontrer des personnes aptes à nous aider.
Parfois, la souffrance et le désespoir vécus sont si grands qu’ils enlèvent le désir de continuer et nous voyons la mort comme une libération finale. Dans ces moments-là, il peut être utile de dire : « Allez, tu vas voir ce qui va se passer ! Vous avez eu des moments heureux et vous en aurez d’autres, ce n’est qu’une épreuve à passer… et vous la passerez ». Quand je rencontre des gens si démoralisés, je dis souvent ceci : « Lâcher prise ne demande pas d’effort, il faut beaucoup plus pour se lever, mais c’est là que réside la différence entre vivre et se laisser mourir. Un malade qui me dit qu’il est prêt à tout pour recouvrer la santé montre la bonne volonté de vivre et de guérir. Cette détermination a parfois besoin d’être encouragée pour qu’elle ne s’épuise pas.
Un jour, une femme atteinte d’un cancer m’a raconté une histoire :

Il était une fois une race de grenouilles. Le but était d’atteindre le sommet d’une haute tour. Beaucoup se sont rassemblés pour les voir et les inciter. La course a commencé, mais en réalité peu croyaient que les animaux pouvaient atteindre le sommet et les commentaires qu’ils ressentaient étaient toujours comme ceci : « Pauvre petite chose, quelle douleur, ils n’y arriveront jamais ! Les grenouilles commencèrent à douter de leur réussite, à l’exception de celles qui grimpaient sans arrêt. Et ceux qui étaient présents ont répété : « Pauvre petite chose, ils ne viendront jamais ! » Peu à peu, ils se sont livrés à une victoire, à l’exception de l’habituelle, qui a continué à grimper. A la fin, ils ont tous abandonné, à l’exception de cette grenouille qui, seule et payant un énorme effort, a atteint le sommet de la tour. Les autres se demandaient comment elle avait fait ; l’un d’eux l’a approchée pour lui demander comment elle avait réussi à terminer le test, et a découvert qu’elle était sourde.

N’écoutez pas les gens qui ont la mauvaise habitude d’être négatifs, parce qu’ils effacent les meilleurs espoirs de votre cœur ! Rappelez-vous le pouvoir des mots que vous entendez ou lisez. Soyez positif. Soyez toujours sourd quand quelqu’un vous dit que vous ne pouvez pas réaliser vos rêves ou que vous avez peu de chances de guérir.
J’ai acheté une grenouille que j’avais livrée à mon patient accompagnée d’une phrase : Tu es ma grenouille gagnante. Cet objet est devenu un support important pour elle, car à chaque fois qu’elle le regardait, elle se disait : « Je vais réussir, je vais arriver là où je dois aller, même si c’est difficile en ce moment. Peut-être que je ne sais pas quand ni comment, mais je guérirai à coup sûr !
Je propose souvent cette phrase à une de mes personnes, en lui disant de le dire à voix haute et plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il soit convaincu. Si elle est répétée avec engagement, elle a pour effet de stimuler l’énergie de guérison et de nous guider vers tout ce qui peut nous aider.
La volonté de guérir signifie dire « oui » à la vie.

Je me souviens d’un homme qui avait le sida. Il ne se sentait pas désiré par sa mère, ni pendant la gestation, ni à la naissance. Toute son existence avait été une série de rejets qui l’avaient empêché de dire oui à la vie. Je l’ai aidé à comprendre que la femme ne le rejetait pas, mais la situation dans laquelle il vivait. Je l’ai poussé à se débarrasser de ce sentiment de non-acceptation qu’il percevait continuellement, à se donner le droit d’exister, de s’accepter et de s’aimer. Tout cela a eu des répercussions favorables notables sur sa santé.
Il est intéressant de noter que lorsque nous avons compris quelque chose de vraiment essentiel dans notre vie, nous nous trouvons parfois face à un test, une sorte d’examen pour vérifier que nous avons bien compris.
Quelques mois après avoir travaillé ensemble, l’homme a été frappé par une pneumopathie et un affaiblissement général de l’organisme. Il n’avait plus la force de quitter son lit. Et c’est là que mes mots « Veux-tu vivre ? » lui sont revenus. Il comprit immédiatement que la nouvelle réaction de son corps était due à la vie qui lui posait cette question. Puis il répondit comme s’il s’était vraiment tourné vers l’existence elle-même : « Oui, oui, oui, je le veux. A ce moment-là, il entendit aussi sa voix intérieure lui dire : Si tu veux vivre, lève-toi du lit !
Jésus dit au paralytique :  » Sors de ton lit et marche ! Et avec ces mots, il voulait dire : « Si tu veux vraiment guérir, prends cette direction, fais quelque chose. Arrêtez de pleurer votre destin, et convainquez-vous que ce que vous voulez sera possible. On croit que le Christ l’a guéri, mais n’est-ce pas le fait qu’il a insufflé à l’homme la foi en la guérison qui a mis cette capacité en marche ? Mon patient m’a dit à haute voix : « Oui, oui, oui, je veux vivre.
En prononçant ces mots, il a activé le potentiel en lui-même, un potentiel qui lui a donné la force de se lever, de réagir et de guérir.