Témoignage de guérison

octobre 17, 2019 0 Par admin1975
Témoignage de guérison

Je m’appelle Magali et j’ai 36 ans.

Par ces paroles, je veux témoigner de mon cheminement spirituel à mes amis pour qu’ils se donnent la paix.

MALACHI

J’ai toujours essayé d’enquêter sur moi-même et sur l’agitation qui m’habitait, à tel point qu’à plusieurs reprises, à partir d’une vingtaine d’années, j’ai suivi des cours de psychothérapie de courte durée et j’ai orienté une partie de mes études et de mes intérêts vers la psychologie, que je considère aujourd’hui comme un compagnon de vie, presque un ami des mille formes, aux multiples visages, tous à découvrir.

Mais c’est vers l’âge de 25 ans que j’ai compris plus clairement que j’étais « malade », c’est-à-dire que je vivais une vie considérée par tous comme « chanceuse », c’est-à-dire que j’avais une belle famille, une belle maison, un bon travail… mais je me sentais très mal et les énergies vitales qui m’entouraient s’écoulaient, comme un désert sans limite qui habitait mon âme.

En particulier, j’ai trouvé par hasard en librairie un livre intitulé « les langages du coprs », écrit par les psychothérapeutes Martel et un autre dont j ai oublié le nom, dans lequel je lis mes symptômes noir sur blanc : un dense réseau de pensées enfermé mon esprit ; dans une tentative désespérée de contrôler la réalité ; je pensais beaucoup trop ! La fatigue était énorme et tragiquement inutile, je n’ai presque jamais vécu dans le présent et ma famille l’a remarqué, on m’a alors reproché et cela a ajouté frustration et insécurité à ma personne déjà très expérimentée. Dans les pires moments, j’ai vécu une sorte d’éloignement de la réalité. Je sentais le regard critique de mon mari, qui m’emmenait encore plus bas, je ne savais pas comment m’en sortir et j’allais presque aller vers la voyance

L’incapacité d’agir était le point clé de ma déformation, la peur m’a finalement empêché de vivre dans le plein sens du terme.

Les cas cliniques décrits dans le livre ont guéri parce qu’ils ont commencé à agir, alors j’ai dû surmonter la peur et courir le risque d’avoir tort et peut-être d’être jugé, mais j’étais déterminé à inverser la tendance.

Je suis allée voir ma psychothérapeute avec le livre en main et j’ai partagé ma découverte avec elle : maintenant tout me semblait clair.

« AU BON ENDROIT AU BON MOMENT »

Carla a dit cette phrase à Lausanne pendant une conversation sur la foi. Je lui ai demandé ce qu’était la foi pour elle et elle m’a répondu comme ça, avec tant de simplicité et tant de sécurité !

Cela m’a beaucoup frappé : moi qui m’étais souvent sentie mal et au mauvais endroit, souvent dans de mauvaises relations… Je me demandais comment il était possible de me sentir ainsi : au bon endroit au bon moment, au bon endroit… vraiment incroyable !

Je viens d’une histoire familiale d’athéisme, pas de catéchisme, pas de conditionnement et pourtant l’aspect communautaire de l’église m’a toujours fasciné.

Quelque chose a commencé à mûrir en moi : de nouvelles questions se sont ouvertes dans mon cœur à un moment extrêmement propice au changement.

LES GROUPES SE DONNENT LA PAIX

Quelque temps plus tard, en parlant avec Don Agostino, mon oncle, qui vit à Rome et connaît le mouvement Darsi, lui confiant ma soif de vérité et mon ouverture au changement (= action salvatrice), je pris conscience des groupes D. P..

Sans me poser trop de questions et sans avoir d’informations précises sur ce qu’étaient ces groupes, je me suis inscrit, déterminé à vivre plus qu’à penser que je vivais.

La voix de Marco m’a immédiatement résonné, puissante et porteuse de vérité.

Je me sentais reconnu : les distorsions, le point de rupture, la peur et toutes les descriptions, si précises et ponctuelles, d’une humanité souffrante, lacérée, malade, m’appartenaient.

De plus, pour moi, l’appel continu au corps était important : une méditation qui se traduit par une posture, une attitude corporelle ; un corps qui n’est pas opprimé, maltraité, tué, mais même le principal véhicule de l’Esprit, par le flux du souffle.

En même temps, j’ai pensé qu’il était important de lire plus largement (l’historique-philosophique-anthropologique), qui va au-delà de l’individu, qui donne souffle et valeur à l’homme, finalement l’espoir d’une nouvelle humanité et la possibilité d’en faire partie !

Je me jetai avec enthousiasme dans le travail de méditation, de réflexion et d’analyse psychologique et commençai à jouir des premiers bienfaits : l’état de présence était très difficile à atteindre pour moi, mon histoire m’avait malheureusement conduit dans la direction opposée, mais sans abandonner, j’essayai de me rapprocher du but.

La colère et la tristesse, les pleurs, puis la peur sont apparus plus distinctement…me laissant aller à l’expiration, m’adoucissant, m’accueillant, ne luttant plus pour être différent de ce que je suis : la libération a commencé !

Le processus, très très très lent et fait de microchangements, m’a rendu avec le temps plus calme et plus confiant, plus capable de gérer des relations difficiles et plus lucide dans le traitement des problèmes.

Aujourd’hui pour moi la recherche continue, rien n’est évidemment définitif et conquis pour toujours, mais savoir que le chemin existe et est praticable est très important.

Je considère la méditation comme un outil précieux.

PSYCHOSYNTHÈSE

Une amie m’a demandé de l’accompagner à une réunion pour présenter la Psychosynthèse d’Assagioli et à la fin j’ai participé seule, car elle ne pouvait pas venir.

C’est ainsi que la découverte de la pratique psychosynthétique a commencé, plus ou moins en même temps que les groupes télématiques de d.p.

« Connais-toi toi-même, possède-toi, transforme-toi »

J’ai aimé l’expérience dans un groupe physique, avec un échange plus intense et un travail psychothérapeutique très créatif, qui utilise le dessin, la musique, le corps, la dramatisation théâtrale, l’écriture… Il m’a beaucoup enrichi et encore aujourd’hui je suis surpris de voir combien d’affinité il ya avec les groupes d.p. et surtout combien de place est donnée à la spiritualité (Assagioli parle du moi spirituel) comme une synthèse entre volonté et amour.

Le dialogue entre des pratiques différentes mais similaires qui contribuent à la croissance humaine m’a aidé dans le processus d’une transformation concrète.

RELATIONS

Les relations changent !

Ce n’est pas sans douleur, mais le résultat d’une lutte, dans certains cas : la nouvelle Eliana plus consciente et en contact avec sa nature authentique et de plus en plus libérée des automatismes égoïstes, peut être ennuyeuse !

Cependant, après une phase d’adaptation, aujourd’hui, après environ 4 ans, je peux dire que les personnes qui m’aiment vraiment, à commencer par ma famille, m’ont respecté et accompagné sur le chemin que j’ai suivi avec tant de détermination.

Pour ma part, je ressens moins de colère, moins de dureté et plus de tolérance envers ceux qui m’entourent, même si mon niveau d’attention dans la conscience est élevé avec l’intention de ne pas reculer, mais plutôt d’avancer et d’améliorer pour atteindre une plus grande liberté intérieure.

LE CHOIX DU BAPTÊME

Au cours de la deuxième année, comme vous le savez, Marc nous invite à faire un choix : effectuer un rite d’initiation à la vie chrétienne, qui a la valeur de la mort de l’ego en faveur de la purification du péché et de la renaissance à la lumière de l’Esprit.

Bien sûr, il s’agit d’un processus qui implique une transformation substantielle et progressive et qui doit toujours être renouvelé.

Dans mon cas, n’ayant pas reçu les sacrements, c’était un choix qui méritait plus de temps, même si ce que je ressentais était clair : les symboles du christianisme qui n’avaient jamais été entendus et qui n’avaient aucun sens me parlaient.

Le son des cloches du pays où je vis me semblait un appel, le grand crucifix de mon église me parlait de ma souffrance et de la souffrance humaine universelle, la messe me poussait à écouter attentivement la Parole, mais aussi la dimension communautaire de l’homme et de l’église.

Ces signes m’ont confirmé que ma religion ne pouvait être que chrétienne.

La vie m’avait conduit à aborder le christianisme d’une manière complètement nouvelle et suivre son cours me semblait aussi une manière de « guérir », dans le sens de procéder dans la chaîne des actions salvifiques entreprises.

J’ai commencé à prendre des mesures pour communiquer à mon curé et à ma communauté le chemin de D.P. et ma conversion, mais je me suis vite rendu compte que la chose n’était pas simple : il y avait un manque d’écoute et d’intérêt pour un chemin « différent » et mon histoire était accueillie avec méfiance et presque peur.

Cependant, j’ai participé à la catéchèse pour adultes organisée par ma paroisse, mais sous une forme passive et franchement pas très utile.

Je me tournai donc de plus en plus vers Don Agostino, mon oncle à Rome qui m’avait suggéré le chemin du D.P., à qui je dois beaucoup et qui m’a montré une grande ouverture et une grande intelligence, ainsi que beaucoup d’affection.

« Il n’y a pas de foi, il y a les fidèles ».

Une de ses phrases les plus significatives, qui montre combien l’homme sans son histoire n’est même pas l’homme et comment, par conséquent, le voyage religieux doit nécessairement prendre en compte l’unicité humaine.

Je n’entrerai pas dans les détails, mais l’accompagnement que j’ai reçu a été important et m’a offert de nombreuses confirmations de la justesse du voyage que je faisais à D.P.

Au cours des deux dernières années, j’ai ensuite participé au groupe d.p. de Brescia, dirigé par Giuliana, que je ne cesserai jamais de remercier pour cette infinie patience. Ses méditations guidées m’ont permis de relancer ma foi, quand ma constance et mon engagement ont diminué. La confrontation avec le groupe a toujours été une opportunité de croissance.

J’étais heureuse d’avoir accepté avec enthousiasme d’être ma marraine et à Rome, avec beaucoup d’émotion, comme beaucoup le savent déjà, le baptême tant attendu a été célébré avec les autres sacrements.

Pendant la Veillée pascale, mais aussi dans les heures qui ont précédé et qui ont suivi, j’ai clairement senti que je n’étais pas seul : les pensées bienveillantes, les prières, la proximité spirituelle de nombreuses personnes m’ont accompagné. Je sentais tellement d’énergie positive.

Mon histoire se termine par un début : désormais, je suis fille du peuple de Dieu !

« Au bon endroit au bon moment »