UROLITHIASE : CALCULS RÉNAUX

février 11, 2020 0 Par Sandro Caputo

UROLITHIASEUne condition fréquente définie comme la présence de pierres ou de lithos ou roches (structures cristallines avec une matrice de mucoprotéines) qui se forment dans les papilles rénales, se développent par apposition et peuvent rester fixées à cet endroit, bien qu’elles se détachent généralement. Lorsque cela se produit et que leur calibre est inférieur à 6 mm dans l’un de leurs diamètres, ils peuvent migrer par l’uretère et provoquer des coliques rénales. Plusieurs éventualités peuvent se présenter :

Plusieurs mécanismes sont impliqués dans la pathogenèse de la lithiase, comme la saturation saline de l’urine et la faible efficacité des inhibiteurs de cristallisation (citrates, pyrophosphates) et la formation de noyaux (mucoprotéines) qui favorisent l’apposition de cristaux (urates chez les patients présentant une diathèse goutteuse). La faible ingestion de liquides avec une réduction du volume urinaire favorise l’apparition de calculs. Certaines statistiques donnent à cette maladie une prévalence de 1 sur 200 habitants, avec une proportion plus élevée chez les hommes.

Les sels de calcium sont le composant le plus constant des lithos et parmi eux, les sels d’oxalate de calcium sont les plus fréquents. Les calculs d’acide urique se trouvent dans une proportion comprise entre 5 et 7% (peut-être dans notre pays est-elle plus élevée en raison de l’alimentation riche en viande de bœuf) et ceux causés par une infection urinaire (par des microbes produisant de l’uréase), comme ceux de magnésium, d’ammonium et de sels de phosphate – appelés struvite – en représentent 20%. Dans la cystinurie familiale, une maladie héréditaire du métabolisme de la cystine, la formation de ces pierres est courante, ne représentant que 1% du total.

Alors que le patient souffrant d’un calcul choriale ou d’une obstruction urétérale avec hydronéphrose peut souffrir d’une douleur permanente et sourde dans la région lombaire, la colique néphrétique a des caractéristiques uniques qui permettent son diagnostic.

Elle commence brusquement par une douleur lombaire qui irradie vers l’abdomen et surtout vers la région inguinale. Les douleurs inguinales-scrotales sont fréquentes chez l’homme et dans les organes génitaux externes chez la femme. Bien qu’il puisse céder après quelques heures, il est habituel d’avoir des périodes sans douleur ou des périodes où il est accentué et d’autres où, sans se calmer totalement, il réduit son intensité. Ce sont des malades qui se mobilisent et changent d’attitude dans la recherche d’une position anti-algida. Les anciens cliniciens disaient que le patient souffrant de coliques rénales « défait son lit ». Il est fréquent que la douleur s’accompagne de phénomènes neurovégétatifs : nausées, vomissements, constipation ou diarrhée, et parfois anorexie.

A la palpation, l’abdomen est mou et contraste avec l’intensité de la douleur. Le médecin recherchera des points douloureux dans le bas du dos et l’abdomen. La percussion au poing – chez un patient très douloureux – est une manœuvre agressive. La simple pression sur l’angle costomusculaire (XIIº des muscles des côtes et du canal vertébral) servira à accentuer ou à mettre en évidence la douleur. Les points urétéraux antérieurs – supérieur, moyen et inférieur (par toucher vaginal chez la femme) – indiquent souvent la progression de la pierre : douleur dans la fosse lombaire, lorsqu’elle commence à migrer par la jonction urétéro-pelvienne ; dans la région de l’aine, lorsqu’elle est proche du point où l’uretère se vide dans la vessie.