Home Stress Comment se protéger du stress ?
Stress

Comment se protéger du stress ?

L’urgence sanitaire Covid-19 nous a obligés à changer nos habitudes personnelles et professionnelles. De nombreuses entreprises ont en effet eu recours au travail à domicile : une méthode inconnue pour beaucoup, qui s’est souvent révélée être quelque chose de totalement nouveau et pas toujours facile à gérer, à découvrir et à évaluer, tandis que pour d’autres, il s’agissait simplement d’une continuation du passé. L’impact sur chacun d’entre nous a entraîné des émotions et des réactions différentes, générant même dans certains cas des situations de stress dues au travail intelligent.

 

Des changements soudains auxquels on a du mal à s’habituer

Le smart working – le « travail agile » – nous a obligés à réorganiser nos équilibres professionnels et ceux de notre sphère personnelle. « Alors qu’avant la pandémie, nous avions l’habitude de nous rendre au travail, dans des contextes extérieurs, en vivant des espaces exclusifs et en nous éloignant, par conséquent, pendant un certain nombre d’heures, des lieux typiquement dédiés à la vie privée, au cours de l’année qui vient de s’écouler, les contacts avec les personnes extérieures à notre cercle familial et amical ont fait défaut, et avec cela, les occasions de confrontation ont également été moins nombreuses. Sans parler, ensuite, des situations limites, dans lesquelles, en raison de la cohabitation étroite entre les murs du foyer, des réactions violentes de différents types se sont également développées, avec une nette augmentation des demandes d’aide de la part des victimes », précise le médecin.
Isolement et hyperconnexion

Un autre problème concernait l’isolement. Pour les personnes qui vivent seules, en effet, le risque d’isolement social est plus grand. « Nous parlons d’une limitation des interactions en raison des restrictions qui ont existé, ce qui a également débordé sur la vie privée. » Le smart working est devenu une nécessité, ces derniers mois, mais il a eu des répercussions importantes car, tout à coup, « la dynamique de l’entreprise, le travail et les moments de pause ou de loisirs avec les collègues manquent. Ces aspects sont encore plus importants pour les personnes qui vivent seules ».
isolement intelligent

Un autre aspect est le besoin d’être hyperconnecté : « de nombreuses personnes ont exprimé le besoin de rester connectées au réseau pendant la majeure partie de la journée car, d’une certaine manière, en agissant ainsi, elles avaient le sentiment de remplir leur devoir, d’être disponibles et de pouvoir répondre aux besoins de l’entreprise et de leurs collègues. Le travail intelligent permet une plus grande liberté dans la gestion des horaires, dans de nombreux cas, mais cela signifie que parfois tous les travailleurs d’une entreprise ne sont pas en ligne au même moment. »

Le stress du travail intelligent : travail agile et syndrome d’épuisement professionnel

Comme il ressort d’une enquête sur le travail à distance réalisée sur la santé et la sécurité sur le lieu de travail, dont les résultats ont été publiés en avril 2021, la plupart des travailleurs concernés, dans de nombreux secteurs de production, se sont dits préoccupés par le stress et les risques psychologiques qui y sont liés.

En ce qui concerne plus particulièrement le smart working, nous pouvons entre-temps souligner que, de manière générale, la recherche montre que ce mode a amélioré l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée au cours des derniers mois (70 % des répondants le pensent). « Il faut se rappeler que pour certains, le travail agile était un désir à réaliser et qu’ils l’ont donc expérimenté en savourant ses aspects purement positifs. Pour d’autres, en revanche, la nouvelle façon de travailler, associée à un bouleversement nécessaire de leur vie en raison des restrictions et de la vie restreinte entre les murs de la maison, a entraîné des conditions complexes à gérer, au point de transformer le smart working en un facteur de risque de stress accru : en bref, en un syndrome d’épuisement professionnel ».

Le terme « burnout » a toujours été associé aux professions de santé et à toutes ces tâches « d’aide » qui impliquent un contact avec les gens et peuvent donc avoir des conséquences négatives dues à l’exposition aux états douloureux et souffrants des assistés. « Progressivement, ce concept a été étendu aux professions et aux environnements de travail dans lesquels, pour diverses raisons et situations, de fortes pressions émotionnelles, un sentiment d’impuissance et d’échec et de fortes tensions peuvent apparaître ».

Si l’on parle spécifiquement du smart working, le burnout est lié à l’impossibilité de définir clairement les heures de travail, puisque le lieu coïncide avec celui de la vie quotidienne. En même temps, elle dépend aussi du besoin, ou parfois de l’incapacité, de se déconnecter de son travail, annulant ainsi son espace de vie privée ou créant des situations de promiscuité où les rôles professionnels et personnels se chevauchent sans limites définies.

Facteurs de risque de stress dans le bureau à domicile

Bien entendu, certaines situations peuvent faciliter l’apparition d’un épuisement du travail intelligent. « Nous parlons de la capacité à gérer le stress et à savoir s’organiser, de la présence d’un réseau familial et du soutien qui en découle, du type de travail effectué, des conditions plus ou moins favorables, comme les horaires pressants, les bas salaires, les mauvaises relations avec les collègues ou les supérieurs. »

Author

admin1975

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code