Le Botox et la chirurgie plastique

mars 23, 2020 0 Par admin1975

Les termes qui concernent le Botox et les produits de remplissage appelées « liftings liquides » sont parfois confus pour le public parisien. Pour les patientes qui se dirigent vers ce genre d’interventions esthétiques, milles questions les interpellent: S’agit-il d’un type de chirurgie plastique ? S’agit-il d’une procédure esthétique ? Toute personne non accro à la chirurgie plastique choisirait évidemment l’option la moins invasive. Ce qui soulève la question : Pouvons-nous obtenir les mêmes résultats avec une technologie non invasive que la chirurgie plastique invasive ? En fin de compte, il existe bel et bien des patientes qui n’aiment pas la chirurgie et qui se tournent résolument vers les techniques non invasives. La chirurgie esthétique et ses procédures changent, restaurent ou améliorent l’apparence. Il existe de nombreuses raisons de vouloir changer ou améliorer un visage.

Selon un rapport de 2016, les procédures de chirurgie plastique invasives ont connu une baisse de 6 % entre 2000 et 2016. Il n’est pas surprenant que les procédures non invasives ou mini-invasives aient connu une augmentation de 180 % entre 2000 et 2016. Les trois principales procédures non invasives comprennent la toxine botulique de type A, les produits de remplissage et les peelings chimiques.
Toxine botulique de type A: Le Botox, en bref, est un agent qui bloque les signaux des nerfs musculaires, ce qui affaiblit le muscle cible en limitant ou en annulant la contraction musculaire. L’action du Botox entraîne à son tour une diminution des rides indésirables dans la zone cible. Le Botox a de multiples usages. Il traite les pattes d’oie, les sillons frontaux, les rides du front, les rides sur le cou, etc.
Produits de comblement: Les produits de comblement cutané réduisent les rides et ridules en donnant du volume et de la plénitude au visage. La plupart des produits de comblement tels que Juvéderm agissent en reconstituant les niveaux d’acide hyaluronique de la peau pour ajouter un effet repulpant et lissant. Les produits de comblement cutané sont utiles pour réduire les signes précoces du vieillissement tels que le repulpage des lèvres fines et l’adoucissement des rides et des plis du visage.
Peelings chimiques: Les peelings chimiques se servent d’une solution chimique pour exfolier et retexturiser la peau en enlevant les couches extérieures. Les peelings chimiques sont considérés comme l’une des procédures les moins invasives pour améliorer l’apparence de l’épiderme. Un peeling chimique améliore l’acné ou ses cicatrices, les rides et ridules, les problèmes de pigmentation et la peau flétrie endommagée par le soleil.

Quel est le point commun entre les trois principales procédures minimales ou non invasives ? Aucune d’entre elles ne donnera les mêmes résultats qu’une procédure chirurgicale invasive telle qu’un lifting. L’objectif fondamental et constant de toute intervention chirurgicale est de trouver des moyens de la rendre de moins en moins invasive. Même si plusieurs options intéressantes s’offrent aux patientes pour réduire les signes précoces du vieillissement, il n’existe toujours pas d’options non chirurgicales viables pour remplacer les principales procédures de chirurgie plastique invasives telles que l’augmentation mammaire, la liposuccion et le remodelage du nez.

Lorsque l’on envisage de recourir à la chirurgie plastique, il est nécessaire de se tourner vers un chirurgien plasticien expérimenté, expert dans le domaine et qui peut apporter la preuve de résultats exceptionnels.

Qu’est-ce que la chirurgie plastique?

La chirurgie plastique a un objectif reconstructif. Le but principal est de restaurer la fonction d’une certaine zone du corps. Par exemple, une chirurgie de la main, une révision de cicatrice, une reconstruction mammaire après une mastectomie. Nombre de ces opérations améliorent l’esthétique des patientes, ce qui explique pourquoi on utilise de manière interchangeable le terme « chirurgie plastique ». La chirurgie esthétique est principalement axée sur l’amélioration de l’apparence d’une patiente. Certaines cliniques appellent ce type d’organisation « chirurgie esthétique plastique ». Ces interventions sont généralement électives (non nécessaires sur le plan médical) et ne sont pas couvertes par les soins de santé. Les types de chirurgie esthétique les plus courants sont l’augmentation mammaire, le remodelage du visage, l’affinement du corps et les procédures de rajeunissement. Alors que tout médecin est légalement habilité à pratiquer la chirurgie esthétique, un chirurgien esthétique s’est spécialisé grâce à une formation exclusivement axée sur la chirurgie esthétique. Le terme général de « chirurgie esthétique » comprend des procédures cosmétiques peu invasives.

Quelle est la place du Botox ? S’agit-il de chirurgie plastique ou d’une procédure esthétique ?

Les techniques de rajeunissement de la peau, y compris le Botox, sont considérées comme un type de chirurgie esthétique. Quelle que soit la terminologie,le Botox n’implique pas de scalpels ou de points de suture, car il s’agit d’une procédure médicale.

Avant de recevoir des injections de Botox

Dans certaines circonstances, les injections de Botox ne sont pas recommandées, notamment en cas:

  1. D’infection de la peau
  2. De prise de certains médicaments
  3. De grossesse ou d’allaitement

Avant l’injection de botox, le visage sera nettoyé, la toxine sera injectée dans les muscles du front à l’aide d’une aiguille très fine. En général, le chirurgien pique plusieurs endroits, en fonction de la zone qui en a besoin. Le médecin demandera à sa patiente de bouger les muscles de son visage afin de détecter le meilleur endroit pour les injections. Cela prend généralement environ 10 minutes. Ensuite, il faut environ 2 ou 3 jours pour que le botox commence son action, et 2 à 3 semaines pour en voir le plein effet. Ne pas masser le visage pendant 3 jours. Éviter le sport intensif, les bains de soleil et le sauna pendant 2 jours. Les effets durent de 3 à 4 mois environ. Les risques des injections pour le Botox sont faibles si elles sont effectuées correctement par un praticien dûment qualifié. Après le traitement, on peut ressentir: un mal de tête pendant les 24 premières heures, observer des ecchymoses, des gonflements et des rougeurs à l’endroit où les aiguilles sont entrées dans la peau, un regard figé, (on peut ne pas être capable de bouger les muscles du visage). Très rarement, des problèmes graves tels que la vision floue ou double peuvent survenir si la zone autour des yeux est traitée, ou des difficultés respiratoires si la zone du cou est injectée.

Quels sont les types généraux de chirurgie et de procédures esthétiques ?

La chirurgie esthétique comprend:

  • La chirurgie reconstructive. Elle pratiquée pour améliorer une cicatrice visible, un état de la peau ou une partie du corps malformée causée par une blessure, une opération, une maladie ou un défaut de naissance. Ces problèmes affectent la vie quotidienne, notamment au travail, pour les relations et l’estime de soi.
    Chirurgie esthétique élective. Quant on n’est pas satisfait de son apparence, par exemple si l’on a un gros nez, des petits seins, des rides ou de la graisse autour du ventre ou des hanches, c’est une raison évidente pour se tourner vers la chirurgie esthétique.

Les procédures esthétiques non chirurgicales comprennent :

  1. Les injections de Botox.
  2. L’élimination des dépôts de graisse, soit avec de l’acide désoxycholique injectable soit en congelant les cellules graisseuses sous la surface de la peau avec un appareil portatif (CoolSculpting).
  3. Les injections de remplissage.
  4. Le resurfaçage au laser pour améliorer les cicatrices d’acné.

Pour la plupart des femmes et des hommes, l’apparence physique a une incidence sur la façon dont ils se voient et ce que les autres perçoivent. La taille, la forme et l’aspect du corps peuvent avoir une incidence sur la façon dont on se sent et même sur la façon dont nous vivons notre vie. Il n’y a rien de mal à vouloir améliorer son visage ou une partie de son corps. Certaines personnes y parviennent en modifiant leur régime alimentaire, en faisant du sport et en adoptant d’autres modes de vie sains. D’autres ont recours à la chirurgie esthétique. Toute chirurgie renferme toujours un certain risque. Les risques dépendent de l’état de santé et du type d’intervention que l’on subi.  De plus, il n’y a aucune garantie que vous obtiendrez les résultats que vous souhaitez. Il se peut que plusieurs procédures soient nécessaires.
L’assurance couvre rarement le coût de la chirurgie esthétique et des interventions non urgentes. À moins que l’opération ne soit pratiquée pour des raisons médicales. Ces opérations et procédures coûtent cher. Assurez-vous de connaître le coût total de l’opération, y compris le coût de l’intervention elle-même, les médicaments nécessaires avant ou après l’intervention, les traitements de suivi, les visites au cabinet et les autres dépenses.
La chirurgie ne doit pas se substituer à de saines habitudes de santé. Il existe des solutions simples pour rester jeune et en bonne santé.

  1. Mangez des aliments sains.
  2. Faites beaucoup d’exercice.
  3. Limitez le temps que vous passez au soleil.
  4. Protégez les zones de votre peau qui reçoivent le plus de soleil, comme le visage, le dos des mains et le haut de la poitrine ou du cou.
  5. Gérer le stress.
  6. Ne fumez pas.
  7. Évitez l’alcool.

Ayez des attentes réalistes quant à la façon dont la chirurgie esthétique peut ou non affecter votre vie. Pour les personnes qui ne sont pas satisfaites de leur apparence générale plutôt que d’une certaine partie de leur apparence, la chirurgie esthétique n’est pas la solution. Avant de choisir la chirurgie esthétique, pensez à votre état de santé général. N’oubliez pas que toutes les procédures comportent des risques. Et le fait d’avoir un problème de santé comme l’hypertension artérielle ou une maladie cardiaque augmente le risque.

Comment le Botox agit-il sur les rides ?

Toutes les marques contenant de la toxine botulique sont injectées en très petites concentrations dans certains muscles du visage. La toxine agit en bloquant les signaux des cellules nerveuses vers ces muscles. Et donc en les paralysant. Lorsque le muscle ne peut pas se contracter, les rides dynamiques se relâchent et s’atténuent. Cela dit, le Botox ne peut être utilisé sur aucune ride. Il cible les rides du front, les rides autour des yeux (pattes d’oie) et les rides du front (glabellaire). Très souvent, on entend dire que le Botox est un antirides et un médicament miracle anti-âge. Le Botox a un effet temporaire sur les rides, en paralysant les muscles. Mais il n’a aucun effet sur l’élasticité ou la fermeté de votre peau (qui est le véritable coupable).

Pour lutter contre le vieillissement, les médecins emploient le Botox pour traiter deux types de rides : les rides statiques et les rides dynamiques. Les rides statiques sont les rides profondes qui sont gravées dans le visage après plusieurs décennies de froncement, de sourire et de soulèvement des sourcils, tandis que les rides dynamiques ne sont visibles que lors d’une expression faciale. Le but du traitement est d’empêcher la formation de lignes statiques. Cependant, si on constate déjà des lignes statiques, des traitements réguliers avec une neurotoxine (et un produit de comblement) peuvent en adoucir l’apparence et, dans certains cas, les éliminer à long terme.

Après avoir utilisé le Botox de façon continue pendant des années, vos muscles seront entraînés à ne pas faire des expressions qui forment des rides aussi agressivement. Une fois que vous serez habitué à la sensation d’avoir moins de mouvement dans le front après la neurotoxine, vous serez plus conscient de faire le mouvement lorsque la toxine se dissipera.

Certaines patientes se plaignent d’un amincissement visible de la peau après de nombreuses années d’utilisation du Botox. Cela pourrait signifier une exposition des veines sous-cutanées entre des zones d’épaisseur normale. Ce n’est pas courant, mais les patientes qui commencent le Botox « trop tôt », comme au début de la vingtaine, sont soumises à cet effet secondaire. Dans ces cas, « la peau du front peut s’amincir prématurément et les muscles s’affaiblir. Il y a des femmes qui remarquent « une ondulation visible de la peau recouvrant les muscles traités », ainsi qu’une décoloration. Heureusement, cet effet secondaire est totalement évitable. Le chirurgien peut soustraire ce dernier en modifiant le schéma d’injection. Dès lors, il préconisera de petites quantités de toxine dans une distribution plus uniforme afin d’obtenir un effet identique sans ce problème, ou en arrêtant la toxine pendant une période prolongée.
Des dizaines d’années d’utilisation du Botox impliquent que vous aurez de moins en moins besoin d’entretien au fil du temps. Avec une fréquence et une quantité appropriées, les muscles deviennent moins forts, donc il faut ralentir le botox. Lorsque les muscles sont « entraînés » à ne pas bouger, cela contribue au ralentissement du processus de vieillissement et à la prévention des rides.
Beaucoup de femmes craignent que leur visage ne se ride considérablement lorsqu’elles arrêteront le Botox.  Celui-ci réduit le mouvement lorsqu’il est injecté, ce qui ralentit la formation des rides. En d’autres termes, la peau ne développera pas de rides du jour au lendemain pour rattraper le temps perdu – vous aurez toujours le plaisir de paraître des années plus jeune par rapport à votre âge, selon la durée de votre traitement au Botox.
Si vous avez recours au Botox de façon continue pendant plus de 10 ans, vous aurez l’air beaucoup plus jeune et aurez moins de rides. Votre peau aura l’air plus lisse et l’apparence des lignes fines et des rides profondes sera grandement diminuée. Essentiellement, le Botox agit comme un barrage microscopique, bloquant la voie entre les nerfs et les muscles avant que la commande « contracter les muscles » n’atteigne sa destination finale. Les scientifiques appellent cela une paralysie temporaire. Malgré ce que beaucoup pensent, le Botox est une substance entièrement naturelle, et non un composé chimique fabriqué par l’homme. Clostridium botulinum, comme la plupart des drogues, a une origine entièrement naturelle. On le trouve sous sa forme inactive dans l’environnement naturel, y compris dans les forêts et les sols cultivés, et dans les sédiments des lacs, des cours d’eau, des eaux côtières et des eaux non traitées. Ces cas naturels de bactéries et de spores de Clostridium botulinum sont relativement inoffensifs. Les problèmes ne surviennent que lorsque les spores se transforment en cellules végétatives, et que la population cellulaire augmente au point que la bactérie commence à produire la neurotoxine mortelle responsable du botulisme. La science est sûre, et le médicament, lorsqu’il est manipulé de manière responsable, est sécuritaire. Le Botox devient un problème lorsque les femmes sont prises au piège de cette spirale vicieuse et envisagent même de se faire opérer pour réparer les parties de leur visage. En particulier les joues et les paupières qui commencent à s’affaisser. À ce stade, consultez un chirurgien pour savoir si vous êtes candidate à une blépharoplastie (ou à une chirurgie des paupières), ne soyez pas surprise lorsque le médecin vous répond par l’affirmative.

Le traitement au Botox favorise la production d’élastine et de collagène, une paire de protéines qui rendent la peau jeune tendue, ferme et souple. Les chirurgiens esthétiques ont constaté des améliorations et une augmentation de l’élasticité de la peau. Avec l’âge, les expressions faciales répétées font apparaître des rides sur le visage. Dans le même temps, les niveaux d’élastine et de collagène diminuent dans l’épiderme ce qui la fait s’affaisser. Ces deux facteurs contribuent au vieillissement du visage. Certains experts ont noté que la peau traitée au Botox semblait retrouver une certaine élasticité et souplesse, un effet qui ne s’explique pas entièrement par la paralysie des muscles faciaux. Pour examiner cela de plus près, des médecins ont donné à 48 femmes, âgées en moyenne de 55 ans, leurs toutes premières injections de Botox, entre les sourcils et autour des yeux. Ils ont ensuite suivi les femmes pendant quatre mois pour constater comment les injections affectaient la peau. Ils ont découvert que le Botox augmentait l’élasticité du visage des femmes, provoquant des changements de composition qui imitaient une peau plus jeune. Les chercheurs se sont aperçus que l’effet était similaire au resserrement de la peau par radiofréquence, une procédure esthétique qui emploie des ondes radio pour chauffer le tissu cutané et stimuler la production de collagène. Dans le même temps, les chercheurs n’ont trouvé aucune preuve que le resserrement et le raffermissement du visage étaient un sous-produit de l’inflammation ou du gonflement causé par les injections de Botox elles-mêmes, dont on avait soupçonné la cause. L’effet dure à peu près aussi longtemps que l’efficacité d’une série d’injections de Botox, environ trois à quatre mois, ont conclu les chercheurs. C’est temporaire, mais ce n’est pas un sous-produit du gonflement, et ce n’est pas un sous-produit de la contraction musculaire. C’est quelque chose qui est intrinsèque à la peau elle-même. Il n’y a pas de raison évidente pour que le Botox ait cet effet. Le monde médical pense que les cellules qui produisent l’élastine et le collagène contiennent un récepteur qui réagit d’une manière ou d’une autre au Botox. Si c’est le cas, les futurs médicaments pourraient cibler ce récepteur avec des résultats encore meilleurs que ceux produits par le Botox. Les chercheurs pourraient être en mesure de développer des médicaments qui ne nécessitent pas d’injection, applicables par voie topique et qui ont le même effet de rajeunissement de la peau que le Botox. La toxine aurait un effet antioxydant sur les tissus de la peau. Les muscles du visage produisent des effets négatifs lorsqu’ils bougent, ces toxines endommagent l’élastine et le collagène de la peau. En paralysant les muscles du visage, le Botox donne à la peau une chance de se guérir elle-même de ces dommages. La paralysie causée par le Botox donne simplement au collagène et à l’élastine une chance de se remettre d’un mouvement constant et de se remettre en place.

Le Botox aggrave-t-il finalement les rides ?

Lorsque certaines personnes voient leurs rides se former à nouveau après que les effets rajeunissants du Botox se soient dissipés, elles supposent que le traitement a aggravé leurs rides. Ce n’est pas vrai du tout. En fait, l’utilisation régulière du Botox rééduque certains muscles à bouger moins, ce qui permet d’obtenir une peau plus lisse avec moins de Botox au fil du temps. Une fois que le Botox a disparu, le visage retrouve son état naturel. Les rides dynamiques que votre Botox a gardées cachées réapparaissent. Vous n’aurez plus de nouvelles rides causées par le Botox. Pour mieux comprendre pourquoi le Botox ne peut pas provoquer le développement des rides, examinons ce qui provoque les rides dynamiques et ce que fait exactement le Botox.

Quelles sont les causes des rides dynamiques ?

Le Botox répare l’apparence des lignes dynamiques, ou des rides causées par des mouvements musculaires répétitifs. De ce fait, chaque fois que votre muscle se contracte, votre peau se crispe et des lignes se forment entre les muscles. Après avoir répété une action pendant des années, des rides permanentes se forment. Les endroits les plus courants où se forment les rides dynamiques sont autour des yeux (pattes d’oie), entre les sourcils et sur le front.
Lorsque vous vous présentez pour votre traitement Botox, le visage reçoit une très petite injection de Botox à l’aide d’une minuscule micro-aiguille. Le Botox injecté bloque les impulsions du nerf vers les muscles faciaux qui sont liées aux rides d’expression. En d’autres termes, le Botox détend vos muscles afin qu’ils ne se contractent pas, vous laissant une peau lisse. Une fois votre traitement terminé, la peau sus-jacente reste lisse et non ridée. Les muscles faciaux non traités se contractent normalement, ce qui vous permet de faire des expressions faciales qui ne sont pas différentes de celles que vous aviez avant de recevoir le Botox. Votre visage devrait avoir l’air naturellement plus lisse et plus jeune. Comme le Botox empêche réellement vos muscles de se contracter, il est impossible qu’ils aggravent les rides dynamiques, ou celles causées par le vieillissement ou les dommages causés par le soleil. Au contraire, elles stoppent les mouvements réguliers ce qui contribue à empêcher les rides dynamiques de s’aggraver et de s’approfondir.

Si vous cherchez à vous débarrasser des rides dynamiques qui vous font paraître plus âgé que vous ne l’êtes, le Botox est l’un des moyens les plus sûrs pour y parvenir.

Botox et cou vieillissant

Il n’y a vraiment aucune comparaison avec un lifting pour obtenir un excellent remodelage et un lifting pour le cou vieillissant. Cependant, certaines personnes ne veulent pas ou n’ont pas besoin d’un lifting. Pour ces personnes, le Botox pour traiter un cou affaissé peut être la méthode préférée. Certaines personnes ne veulent tout simplement pas de lifting ou souhaitent en avoir un plus tard. D’autres personnes ont un affaissement précoce du cou et souhaitent une solution rapide et non invasive pour leur cou affaissé. Le Botox aident les personnes souffrant de différents degrés d’affaissement du cou, mais il est plus approprié pour les personnes au début de l’affaissement du cou, c’est-à-dire dans la quarantaine ou au début de la cinquantaine. Tout d’abord, le Botox n’est pas destiné aux personnes qui ont un excès de graisse dans le cou ou un double menton. Pour ces personnes, la liposuccion du cou est plus efficace. En revanche, le Botox est spécifiquement destiné à gérer le muscle du cou. Ce dernier se présente sous la forme de deux bandes musculaires qui pendent verticalement et a également été appelé déformation du « cou de dinde ». Comme mentionné, pour un cou vraiment affaissé, rien n’est comparable à ce que peut apporter un lifting. La meilleure candidate est quelqu’un qui a un affaissement du cou très précoce ou, mieux encore, quelqu’un qui est très athlétique et dont les muscles ne se manifestent que lorsqu’il grimace ou bouge le cou.

Comment le Botox agit-il dans le cou ?

Le Botox agit en affaiblissant le muscle de sorte qu’il puisse fournir une contre-attraction. Une astuce de base avec le Botox dans la région du visage et du cou consiste à bloquer un muscle pour permettre à l’autre de se soulever dans la direction opposée. Une amélioration continue des résultats devrait se manifester puisque le muscle s’affaiblit au fil du temps. Les résultats peuvent durer de plus en plus longtemps et servent à retarder la nécessité d’un lifting chez les personnes souffrant d’un vieillissement précoce du cou. Il est difficile d’inverser le vieillissement tardif du cou et, à ce moment-là, le seul véritable avantage viendra d’un lifting du visage et du cou.

Il est universellement admis qu’en vieillissant, nous perdons du volume à cause des amas de graisse localisés sur le visage. La peau se relâche et se ride. Les creux ou dépressions sont surtout visibles sous les yeux, au milieu des joues, sur les tempes et dans les zones où se forment les plis, comme les sillons nasogéniens, les rides de la marionnette et les zones de la pré-bajoue. La restauration du volume dans ces zones a un effet rajeunissant sur le visage. La laxité de la peau peut être causée par plusieurs troubles héréditaires du tissu conjonctif. Dans la peau vieillissante, la laxité cutanée acquise semble être le résultat de la combinaison de processus intrinsèques et extrinsèques. Un facteur extrinsèque majeur est le rayonnement ultraviolet (UV), qui est potentialisé par le tabagisme. Personne n’aime voir de cernes sous les yeux. Tout le monde souffrira du problème des cernes à un moment ou à un autre. Celles-ci apparaissent en raison d’une fuite dans les capillaires. De plus en plus de personnes se tournent vers les médecins esthétiques pour des techniques de rajeunissement, afin d’aider leur visage à refléter la façon dont ils se sentent à l’intérieur. Le traitement au botox, les produits de comblement, le lifting de la peau et la réduction des cernes, sont quelques-unes des principales techniques de rajeunissement.